« I'm not strange, weird, off, nor crazy, my reality is just different from yours. »
Lewis Carroll
game of madness
Double, double, toil and trouble, fire burn and cauldron bubble | Ft. Blake
RSS
RSS



 

Double, double, toil and trouble, fire burn and cauldron bubble | Ft. Blake

 :: Queenland :: Crimson Spook :: Plaga Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
'Scargot psychotique ~@/°
avatar
'Scargot psychotique ~@/°
13/10/2018, 19:30
Messages : 85
Age du personnage : 19 ans d'apparence.
Voir le profil de l'utilisateur

 "Double, double, toil and trouble, fire burn and cauldron bubble..."

Feat @Blake R. Amerton

T'as l'air malin, planqué derrière tes lunettes, les dressant comme une armure face à tous ces inconnus. Les visages inquiétants se succèdent, tu glisses entre les corps comme une ombre, convaincu que tous les yeux sont braqués sur toi. Chaque contact te vaut un frisson, ton cœur qui rate un battement et tes pieds qui s'emmêlent. Oh Yeul... Tu as pourtant vu bien pire... Pire que les mines patibulaires des habitants du royaume rouge, des dents plus pointues, des griffes plus acérées. Les horreurs générées par ce monde monstrueux, tu les côtoies au quotidien, jour après jour, elles défilent dans le miroir. Un carnaval haut en couleur qui ferait pâlir les monstres du cirque. Ce corps infâme qui ne cesse de te torturer, qui t'aliène un peu plus chaque jour. Y'avait quoi au menu du jour déjà? Ah oui, aujourd'hui, c'est le jour du poisson. Peau d'écailles et nageoire dorsale. Si ta scie avait eu raison de la dernière, t'écorcher complètement pour te défaire de tes écailles était une tâche plus ardue. C'était le bon jour pour que l'Ombre décide d'envoyer le petit secrétaire ayant l'insolence d'avoir une poitrine trop imposante en mission d'infiltration. Tu marmonnes dans ta barbe.

_ Bordel, c'est pas mon boulot. Comme si cette saloperie de poitrine ne me pourrissait pas suffisamment la vie... J'ai rien demandé moi...

Toi qui pensais éviter les inconvénients du travail à la mine en restant planqué derrière un bureau, c'est loupé. Tu devrais pourtant le savoir maintenant, que tout ce qui semble trop beau pour être vrai n'est pas ce qu'il paraît être. Enfin, pour une fois, ton corps te permettra de te fondre dans le décor. Tu soupires remontant tes lunettes le long de ton nez, histoire de bien profiter de la vue de cette ville écœurante aux murs et au sol teintés de sang. Même l'autre connasse à meilleur goût... Tu te mords la lèvre à cette pensée, comme si l'Ombre pouvait t'entendre. Ça te vaudrait un beau vol plané depuis le Jolly Roger tiens, au moins tu serais libéré. Enfin, ton diable de colocataire serait tout de même foutu de te rattraper comme une princesse. Tu demandais rien à personne, juste qu'on te foute la paix, être enfin libre. Je le retiens ce connard de lapin... Tu ramènes les quelques courses que t'as faite dans les boutiques où t'as tenté de glaner des informations. Faites avec ton argent, bien entendu. C'est pas comme si le royaume avait les moyens de financer ses missions d'espionnage hein... Tu laisses échapper un rire nerveux observant avec envie les habitants de Queenland qui semblaient se la couler douce, du moins en comparaison de la plèbe de Neverland. Au moins ils peuvent voir le soleil, eux. C'est un luxe que vous n'avez pas. Le passage dans le quartier des dépressif avait été vain, tout ce que t'en avais tiré c'était un certain agacement.  

_ Hé mam'zelle!
_ Va t'faire mettre, j'suis un mec!

Merde... C'est parti tout seul. C'est toujours comme ça. En même temps, si tu coupais cette tignasse, ça aiderait les gens. T'essayes pourtant de faire attention à la façon dont tu t'habilles, un pantalon, des bottes et une chemise rouge, histoire de pas faire trop tâche... Ceci dit, c'est pas le plus discret. Mais même les bandages ne suffisent pas à dissimuler ta poitrine et tes hanches larges. T'en as davantage après ton corps que contre ce pauvre type. Enfin, pour le moment. 'Faut dire que t'as cherché la merde. Niveau discrétion, on repassera. Il est déjà à ton niveau, t'attrapant par le coup et te postillonnant à la figure.

_ C'est qu'il va se calmer le gros thon!

Si seulement t'avais eu le cran de lui mettre un coup de pied bien placé... Ça se serait probablement arrêté là. Ou pas. Le premier coup s’abat sur ta joue à la peau qui n'a plus cette douceur de la veille. Quelques écailles bleutées s'abattent sur les pavés suivies de quelques gouttes de sang. Tu laisses échapper un rire amer. Il te suffirait d'un nom pour que tout cela s'arrête. C'est ridicule tellement c'est cliché.

_ Sérieusement, c'est tout c'que t'as dans le ventre ?

Tant qu'à faire... Autant bien foirer les choses, hein ! Sinon c'est pas marrant. Depuis ta dernière altercation avec Beetle, tu pars en couilles. Tu te fous un peu de tout... Surtout, de ce qui t'arrive. Voilà que l'autre imbécile t'attrape à la gorge.

_ Si tu tiens tant qu'ça à souffrir... Hé toi là! L'esclave ! Magne toi le cul et jettes moi ça dans l'arrière-boutique.

Et voilà qu'il te balance sur l'inconnu sans la moindre cérémonie. Au moins l’atterrissage est moelleux... Tu laisses échapper un grognement et sans demander ton compte tu commences à te barrer... Ouais, enfin... Tu fais un mètre avant de te ramasser la tronche au sol. Bravo. T'as toujours le don pour te ridiculiser...

_ Fait chier...

Le rouge te rejoint en quelques enjambées et te balance par-dessus son épaule... Ça à un arrière goût de déjà vu. Beetl... Tu te mords la langue comme pour étouffer cette pensée. Manquerait plus qu'il se ramène. Ton agresseur attrape le dit esclave au passage en vous entraînant dans l'arrière-boutique en marmonnant.

_ J'vais avoir besoin d'un coup de main.  

Quel charmant royaume... J'en viendrais presque à regretter l'Ombre...
N'hésite pas à me dire si tu veux que j'édite o/
Revenir en haut Aller en bas
Potato Brat
En ligne
avatar
13/10/2018, 23:25
Messages : 50
Age du personnage : 18-20
Pouvoirs / Particularités : Se transforme en petit cochon quand il est mouillé au liquide froid

Origine : Création personnelle

Orientation sexuelle : Pansexuel

Habitation : Attaché au marché à esclave de Queenland en se demandant ou ça à bien pu merdé à ce point.

Voir le profil de l'utilisateur
Cela faisait quelques jours que j'étais dans ce monde de timbrés... Quelques jours de trop... Le jour je dormais toute la journée dans une cage en plein soleil ou du moins j'essayais... En essayant de faire abstraction de ces regards qui me dévisageaient comme un vulgaire animal... A croire que j'étais un vulgaire animal à cause de cette foutue malédiction qui faisait que dès que je sortais sous la pluie je me changeais en goret... Quelle honte...

Et le soir, le bonhomme qui voulait me vendre m'envoyait en ville faire diverses travaux plus ou moins dégradants pour compenser chaque misérable jour de non vente. Et ça allait être quoi aujourd'hui? Danser dans un bar? Chanter? Manger des vers... Urgh... J'étais épuisé, mortifié, déprimé... Là à marcher dans le centre du quartier de... De la douleur? ça promet... Après le travail il faudra que je passe au quartier des restaurants pour trouver un repas dans les poubelles...

...Les poubelles... Heureusement qu'elles étaient toujours pleines... Mais moi, un ancien aristocrate héritier d'une grande entreprise, devant fouiller les poubelles... J'y crois pas. Bref, je me rends alors dans ce quartier, là ou le vendeur m'a dit de me rendre pour un simple travail de rangement... J'espère que ça ira.

Le vendeur me causa durement et m'envoya avec rudesse ranger ses objets... Des objets que j'avais vraiment pas envie de tester... Ils semblaient tous...Causer des douleurs terribles... Pour le plaisir...Brr... Je suis sur que Mathilda kifferait utiliser ces objets sur moi.

La soirée commençait tranquillement quand soudain j'entends des éclats de voix dehors. L'homme m'hurla de venir, en criant et me balançant une.... AAAAAAAAAAAAAAAARGH !!!!

Mais c'est quoi cette horrible chose ?!? Une femme poisson?!? C'est un monstre !!! J'y crois pas que ce soit un véritable monstre !!! Qu'est ce que c'est que cette horreur !?! Cette chose était sur moi, j'osais pas bouger... Excédé, le type m'agrippe avec la femme poisson et nous balance tous les deux dans l'arrière boutique... Je suppliait l'homme de ne pas me faire de mal... Ou pire... Me laisser seule avec


Qu'est ce que vous allez faire ?!? Vous allez pas me laisser tout seul avec...Cette ch... Cette charmante personne hein? Je suis quelqu'un de très timide vous savez ! La dame va probablement s'ennuyer !!!

Pas de réponse, il était là à marmonner comme un crétin, mais qu'est ce qu'il allait faire de nous ! Il nous balance avec rudesse, là ou je me prend le sol à plein nez et nous enferme... Dans cette pièce sombre remplie d'objets tordus... Bon sang de bois... Qu'est ce qu'il allait nous faire !

Je me lève et part tambouriner à la porte.


Eh !!! J'vous en prie !!! Sortez moi de là !!! Je ferez tout ce que vous voulez !!! Me laissez pas là !!! Si il me manque un bras ou une jambe mon vendeur va vous faire payer la casse !!! Vous ferez mieux de pas trop m'abîmer !!! Je vaux cher !!!

Pas de réponse... Je me retourne avec étroit vers la femme poisson... Bon sang...Bon sang...J'ai pas payé pour me faire enfermer avec un monstre !!! Et qu'est ce qu'il allait nous faire quand il allait revenir ?!?

Je vous en prie... Me mangez pas... J'ai une belle mère et un bébé de demi frère, mangez les...
Revenir en haut Aller en bas
'Scargot psychotique ~@/°
avatar
'Scargot psychotique ~@/°
15/10/2018, 14:12
Messages : 85
Age du personnage : 19 ans d'apparence.
Voir le profil de l'utilisateur

 "Double, double, toil and trouble, fire burn and cauldron bubble..."

Feat @Blake R. Amerton

T'atterris dans une pièce sombre avec le petit bonhomme de tantôt. Ce dernier se met a beugler après celui qui semble être son supérieur, se perdant en excuses ridicules pour tenter de se défiler. T'as qu'une envie qu'il se taise. "La dame". Tu étouffes un grognement mécontent. Encore un qui te prend pour une femme. Décidément, ça ne loupe jamais. Tu te recroquevilles sur toi-même, tentant de te faire le plus petit possible. Si seulement tu pouvais le faire jusqu'à disparaître... Tes iris de brume brillent dans l'obscurité, observent ces lieux trop sombres, tentant de discerner une quelconque issue. L'odeur de l'humidité vient chatouiller tes narines, de même que celle trop connue du sang séché. Celui qui reste sous tes ongles et que tu passes des heures à gratter, jusqu'à t'arracher la peau. Tout ça n'annonce rien de bon. Tu passes tes bras autour de tes genoux comme pour contenir tes tremblements. Tu te dis que ton taudis sous la mer de même que ton monstre te manquent. T'as plutôt mauvaise mémoire... Au moins ici personne n'est en train de te lacérer la chair. Pour le moment. T'as entendu tellement d'histoires sur cette ville de perdition... Les pires tortures, des créatures complètement dépourvues de raison. Certains enfants perdus disaient même que l'Ombre était un enfant de cœur en comparaison. T'as un peu du mal à y croire, mais une goutte de sueur froide vient glisser le long de ta nuque. Le petit être continue de s'agiter, se retournant désormais vers toi, te suppliant de l'épargner en échange de sa famille. Charmant. Ceci dit t'en aurais peut être fait de même si tu en a avais encore une. Il t’écœure tant il te rappelle ta propre personne. Pitoyable. Tu gardes malgré tout un soupçon de méfiance. Après tout ça reste un habitant de Queenland, esclave ou non. D'autant plus que tes compatriotes les disaient traîtres et capables des pires mensonges. Tu déglutis bruyamment, t'as la gorge sèche, le palpitant complètement détraqué.

_... Calme toi... Je ne vais pas te manger... je ne suis pas un monstre... C'est temporaire. Une sorte de malédiction...

Constamment renouvelée mais passons sur les détails. Tu ne sais même pas pourquoi t'essaies de le rassurer, après tout il pourrait très bien se retourner contre toi. En tous cas s'il est prêt à t'offrir sa famille pour survivre, il ne risque pas de te faire de cadeaux. Mais... il a l'air aussi paniqué que toi... Et aussi pathétique. Alors tu ne peux pas t'empêcher d'éprouver de la compassion a son égard.

_ Et je suis un garçon tu sais...

Faut pas déconner non plus. Ya des choses importantes. Probablement plus que ta propre vie. Ta voix trahit ton agacement, mais absolument pas ton genre. Aiguë et délicate, elle n'a de cesse de se dresser contre toi, en parfait accord avec ce corps insolent. Tu plisses le nez en te remémorant la façon qu'a Beetle de t'appeler "monsieur" avec ironie, ce sourire mauvais qui te laisse un goût amer sur la langue. Tu secoues la tête, tentant de le chasser de tes pensées. Il te hante.

_ Tu peux me dire ce qu'on fait ici et quel est cet endroit?

Tes ongles viennent machinalement gratter les écailles de ton bras, tentant inconsciemment de les arracher. Tu presses ton dos contre les cartons, relevant la tête.

.
Revenir en haut Aller en bas
Potato Brat
En ligne
avatar
16/10/2018, 09:23
Messages : 50
Age du personnage : 18-20
Pouvoirs / Particularités : Se transforme en petit cochon quand il est mouillé au liquide froid

Origine : Création personnelle

Orientation sexuelle : Pansexuel

Habitation : Attaché au marché à esclave de Queenland en se demandant ou ça à bien pu merdé à ce point.

Voir le profil de l'utilisateur
J'étais là, complètement paniqué, en train d'hyperventiler à cause de la panique qui était en train de détruire le plafond de ma propre tolérance. La femme poisson qui était un homme en vérité...Et que j'ai donc probablement vexé... Génial, une raison de plus pour me manger, me dit que c'était provisoire, que c'était une malédiction. Bon, le fait de se changer en porc une fois mouillé était un genre de malédiction alors pourquoi pas. Il me demande d'ailleurs ou est-ce que on se trouvait. J'essaye de répondre, mais je suis tout chamboulé.

Je... Je sais pas... C'est une boutique avec des instruments bizarres... On m'a envoyé là pour rapporter de l'argent au marchand qui veut me vendre...

A vrai dire, je sais même pas vraiment ou on est, a fait que quelques jours que je suis là à être traité comme un esclave et baloté à gauche et à droite ! Tout ça à a cause de ce foutu lapin blanc !

Et là ou on est... Je sais pas... J'étais dans la rue... Puis y'a eu ces gens masqués... Et le lapin... Je me suis évanoui... Et je suis là... Je comprends rien à ce qu'il se passe !!! Je sais pas ou je suis !!!

Et là, je craque, je me met à pleurer comme un bébé. J'en pouvais plus, il y'a quelques années j'étais le garçon le plus heureux du monde ! J'ai eu beau perdre ma mère et mon père travaillait dur, mais j'avais tout ! Et puis je me retrouve , déposédé, délaissé, détesté ! Je suis persuadé que tout ça n'est encore qu'un sale coup de cette sorcière de belle mère... Si ça se trouve, je me suis jamais sauvé de la maison, Justine ne m'a jamais fait sortir... Si ça se trouve, les médecins ont réussis à me tuer et je suis en Enfer, tout ce qu'il s'est passé entre le moment de ma fuite et le moment ou je me suis retrouvé là n'était qu'une vaste fumisterie que mon cerveau à crée pour me rassurer... Quelle tristesse... Quel malheur... Quelle ironie qu'un garçon ayant la richesse, l'intelligence et la beauté finisse dans ce triste monde cinglé et malmené comme un pauvre paysan sans terre....

Je veux partir d'iciiiiii ! Je veux rentrer chez moiiiiii... J'ai rien à faire là... Je veux retrouver mon manoir et mon pèèèèère...!!!!.

Je suis persuadé que le vendeur pouvait m'entendre brailler d'aussi loin...
Revenir en haut Aller en bas
'Scargot psychotique ~@/°
avatar
'Scargot psychotique ~@/°
22/10/2018, 13:45
Messages : 85
Age du personnage : 19 ans d'apparence.
Voir le profil de l'utilisateur

 "Double, double, toil and trouble, fire burn and cauldron bubble..."

Feat @Blake R. Amerton

Quelques écailles se décrochent sous tes serres laissant le sang quitter tes tissus. C'est l'effet qu'à la peur sur toi, tu te méprises, te détruits pour ne pas savoir réagir dans ses moments. Ce qui te dégoûte le plus c'est ce que ton hideuse apparence cache à la face du monde. C'que t'as en dedans, ta fragilité. Tu grattes, encore et encore, frénétiquement, des sons de rappe dans l'obscurité. T'as peur, tu préférerai crever ici à cet instant. Avant que les choses ne dégénèrent d'avantage. Après tout t'as rien à espérer de l'avenir. Le petit humain semble en proie à la panique, te parlant d'instruments bizarres, de vente. Tu soupires, fermant les yeux. Il est bruyant.Mais ne l'as-tu pas également été? Lors de ton arrivée, la première fois que tu as découvert ton corps? Tu interrompt tes auto-mutilations, laissant son histoire s'imprégner dans ton esprit.
Le lapin, s'évanouir... L'esclavage. Tu ne la connais que trop bien, cette histoire. C'est un peu la tienne aussi, on ne t'as pas demandé ton avis lorsqu'on à récupéré ton corps et qu'on t'as enfermé dans cette cage aux fous. Tu ne voulais pas de seconde chance, et pourtant te voilà, t'en es à combien maintenant? Trois? T'as failli crever tellement de fois, sans que jamais on ne t'offre cette délivrance. C'est trop simple. Ce monde sadique préfère se jouer de toi. Tu relèves la tête observant le petit humain. Entrouvres la bouche mais te tais lorsque ses larmes perlent au bord de ses yeux. Tu te crispes. Son monde s'écroule sous tes yeux. Tu devrais lui dire, lui dire qu'il ne rentrera plus jamais chez lui. Que c'est fini tout ça, que ça n'a rien d'un mauvais rêve. Mais t'as pas le courage de lui dire, de l'enfermer dans cette réalité. T'as le cœur serré lorsque tu t'approches de lui, glissant tes doigts palmés et griffus dans sa chevelure.

_ Hé... ça va aller. Calme toi... Leur donne pas cette satisfaction.


Tu soupires et t'accroupis à ses côtés, affichant un sourire maladroit qui dévoile tes crocs. Elle est terrifiante la blague du jour, on t'as tout pris sauf ces maudits organes génitaux foireux.

_ Un passeur t'as emmené à Wonderland... C'est un peu un condensé de tout ce que l'esprit humain a pu engendrer. Les pires horreurs... Mais aussi les plus belles choses.


Enfin, celles là, tu les cherches encore. Mais tu vas lui épargner tes discours nihilistes. Il en a pas besoin. Et surtout t'as pas envie qu'il continue à chialer et attire le connard de plus tôt. C'est presque ironique que tu doives te montrer rassurant. T'aurais aimé que quelqu'un le soit lorsque ton monstre à refermé ses griffes sur ton corps. Tu sais ce que c'est la peur, la vraie. Tu déglutis, te redressant, t'approchant de quelques caisses tassées dans le fond de la pièce. Des instruments il disait hein... C'est sans grande surprise que tu découvres le contenu de l'une d'entre elles. La vision des dents de métal, t'arrache une grimace horrifié. Faut vraiment qu'on se tire de là! Non sans blague. Ton rythme cardiaque s'emballe alors que tu fais le tour de la pièce fouinant et déplaçant avec difficulté les caisses.

_ Hé, viens m'aider! Il faut qu'on se barre, à moins que t'aies envie de finir en passoire! Je doute qu'ils en aient quelque chose à faire de ta valeur marchande! Tu bosses ici non? T'as pas vu un conduit d'aération?... N'importe quoi qui pourrait servir?!

Tu continues d'ouvrir les caisses, cherchant n'importe quel objet susceptible de vous aider, d'ouvrir cette foutue porte. Tes écailles se font livides au fil des ouvertures, les scénarios défilent dans ta tête. On est morts, on est morts, on est morts... Putain!
.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: