« I'm not strange, weird, off, nor crazy, my reality is just different from yours. »
Lewis Carroll
game of madness
Il est frais mon esclave ! Nan il est po frais ton esclave [PV Cath]
RSS
RSS



 

Il est frais mon esclave ! Nan il est po frais ton esclave [PV Cath]

 :: Queenland :: Crimson Spook :: Lumia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Potato Brat
avatar
14/10/2018, 13:00
Messages : 50
Age du personnage : 18-20
Pouvoirs / Particularités : Se transforme en petit cochon quand il est mouillé au liquide froid

Origine : Création personnelle

Orientation sexuelle : Pansexuel

Habitation : Attaché au marché à esclave de Queenland en se demandant ou ça à bien pu merdé à ce point.

Voir le profil de l'utilisateur
Un jour supplémentaire... Encore enfermé dans cette fichue cage, encore épuisé par les travaux de la veille pour gagner la vie de ce sinistre bonhomme qui présentait des gens tout aussi piégés que moi sur cette place tordue, ou on vendait des gens dans des vitrines... Bon sang, je savais que le commerce humain existait dans mon monde, j'étais même peut être prompte à avoir un nègre pour me servir et me masser les pieds... Mais je n'ai jamais vu de marché aux esclaves, ni même vu à quoi ressemblait un esclave... Et aujourd'hui c'est moi qui me retrouve dans cette cage beaucoup trop petite à me faire dévisager comme un produit...

En tout cas c'est toujours les plus beaux qui partent en premier, et j'allais probablement rester encore dans cette cage encore longtemps... J'ai toujours été fier de mon physique avant, mais voir que c'était les éphèbes maigrichons qui partaient en premier me donnaient des doutes sur ma capacité de plaire au final, avec ma petite taille et mon surpoids qui dépassait des barreaux de la cage si je me mettais trop sur le côté. Une chance que ce sale type m'a laissé mes fringues, même si elles sont horribles et sales à cause du fait que je me sois pas lavé depuis plusieurs jours...

...Je rêve d'un bon bain, bon sang...


La journée continue de se découler tandis que j'essayais de dormir un peu, il a eu l'humanité de me laisser une paillasse pour pas dormir directement et me laisser sortir faire mes besoins si l'envie me venait, il faudrait pas que sa marchandise soit souillée plus que ça, physiquement je veux dire, parce que moralement...

Sur la fin de la journée, après que lui et ses hommes avaient vendus une grande partie de leur stock de qualité, ils allaient se débarrasser de leurs invendus. Il arrive vers moi, ouvre la porte et me fit brutalement sortir de celle ci alors que j'étais à moitié endormi et me tire pour arriver vers à côté de deux esclaves tout aussi épuisés. Il commence à attirer l'attention sur eux, pendant que je garde la tête baissée. Puis vint mon tour...


- Lève la tête esclave.

Bon sang, je dois lever la tête et regarder ces gens là? J'essaye de penser à quelque chose d'agréable avant que celui ci commence à vanter mes mérites de futur serviteur, en me disant de bien me tenir.

Et celui ci ! Il a beau être disgracieux, mais il a les épaules solides, peut parcourir des longues distances et accomplir diverses taches ! Et puis une fois douché à l'eau froide, il peut vous faire un sympathique animal de compagnie.

Bon sang... Quelle honte...
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Princess
avatar
15/10/2018, 18:26
Messages : 359
Age du personnage : Il ne fait pas du tout son âge, il fait 23 ans le bougre...
Pouvoirs / Particularités : Nature's Master

Origine : La Belle au Bois Dormant...

Orientation sexuelle : Osefsexuel.

Voir le profil de l'utilisateur

©️ Yamashita sur épicode

And I will
laze around this fucking noise...


feat. Blake Amerton


Catherina bâilla de tout son saoul en faisant craquer la jointure de ses mâchoires et en dégainant son éventail, avec lequel il s’éventa d’un geste si mou et lent qu’il était légitime de se demander l’utilité de son geste. Assis sur un fauteuil du salon, regardant par la baie vitrée qui donnait sur un balcon, note Miaou international était en train de se demander le sens d’une vie sans paresse et sans lenteur. Ou, dit autrement, il était en train de se demander quel sens les vies de ses trois sœurs aînées avaient. Sa réflexion l’occupa une bonne grosse partie de l’après-midi avant qu’il ne referma son éventail et le posa avec une douceur insoupçonnée sur ses lèvres. Depuis quand les vies de ses sœurs avaient un sens ? Il les considéra d’un regard, alors qu’elles étaient en train de chahuter en se balançant des tasses de thés ( vides ) dans la face, sans doutes pour tenter vainement de reconnecter leurs neurones disparus. Immobile, statufié, Catherina dirigea paresseusement ses yeux vers la table basse en verre où le journal était étalé. Il allait pour tendre sa main et le lire puis se ravisa avant que son geste n’eût pris forme. Il avait la flemme d’étendre son bras. Pour ce qui était d’enfermer ses sœurs dans un nepanthes rajah, la question restait entière… Il tapota légèrement ses lèvres avec son éventail une fois, deux fois, avant de se lever d’une lenteur exagérée en gardant son éventail sur ses lèvres. Tête subtilement penchée de côté, il se demandait si ses trois sœurs rentreraient dans un nepanthes rajah. Expérience à essayer, sans doutes…

- « Je te dis que cette tasse n’est PAS RONDE PUTAIN !, hurla-t-elle en jetant une tasse… ronde… sur sa sœur.
- Et moi je te dis que cette tasse est OVALE ! J’ai JAMAIS parlé de rond connasse !
- ET MOI JE VOUS DIS DE FERMER VOS RACES, LES PÉTASSES !
- Féli’ marque un point. Vos gueules. »


L’intervention de Catherina, d’une voix absolument désintéressée et nonchalante, fit naître un grand sourire sur les lèvres de Félicia qui applaudit et alla câliner son frère. Non que Cath lui rendît son étreinte, il se contenta de la laisser faire. Il avait trop la flemme pour réagir, de toutes façons. Ses deux autres sœurs tapèrent violemment du pied et, en soupirant, notre Miaou international balança la sœur qu’il avait dans les pattes dans le fauteuil tout en se baissant lentement pour éviter deux tasses – qu’il n’avait absolument pas vu venir, bien sûr que non – qui volaient dans sa direction. Son éventail toujours posé contre ses lèvres, il sortit du manoir familial sans même chercher à comprendre où donc ses pieds allaient le porter cette fois. Sirotant son WonderWisper dans le thermo que son père avait spécialement fabriqué pour lui, il se mit à sillonner les rues de Crimson Spook en décapitant çà et là trois personnes qui avaient eu le malheur de se trouver dans son chemin. Le malheur ou le bonheur, être tué de son nodachi était tout de même une grande preuve de paresse de la porte de notre Bestia immaculé… Hum, voilà qui débouchait sur de très intéressantes réflexions.

- « L-… (...) esclave., fit une voix. Catherina vit alors qu’il se trouvait au milieu d’une foule avec… oh, un marchand d’esclaves ? Encore de la foule bon sang… Et celui ci ! Il a beau être disgracieux, mais il a les épaules solides, peut parcourir des longues distances et accomplir diverses taches ! Et puis une fois douché à l'eau froide, il peut vous faire un sympathique animal de compagnie.
- Peut-il faire en sorte que t’arrêtes de hurler, aussi ? »


Telle fut la pique que lança Catherina en se rapprochant de l’estrade, l’expression désintéressée, la voix complètement blasée – si ce n’est ce petit quelque chose ressemblant fort à du foutage de gueule.

Notre Miaou ouvrit son éventail, cachant ainsi un bâillement silencieux et ignorant les réactions que sa réplique avait provoqué, puis regarda ledit esclave. Hum, s’il pouvait faire en sorte que ses sœurs fermassent leur gueule, il le prenait. Et s’il pouvait aussi les empêcher de faire du bruit tout court… S’éventant le bas du visage, il considéra l’esclave avant de se décider. Il avait la flemme de réfléchir, l’extrême flemme de réfléchir plus exactement. Il referma lentement son éventail, le posant à nouveau sur ses lèvres, les oreilles couchées contre ses cheveux pour limiter les informations auditives déjà bien abondantes. Autant certains ne savaient pas fermer leurs gueules, autant d’autres ne savaient pas comment être silencieux tout en gardant leurs lèvres scellées. Bah dites donc… Au moins, Catherina savait désormais où il était ; à Lumia. Il n’y avait qu’ici où le bruit était aussi abondant et contradictoire. Le regard braqué sur l’esclave, notre Miaou international poussa finalement un soupir subtil à fendre l’âme des alices en morceaux. Très très subtil hein. Mais très explicite aussi. Alias : il avait tellement la flemme de réfléchir qu’il avait totalement oublié le commencement de sa précédente réflexion. Il se jucha souplement – mais pas moins lentement, paradoxe numéro un – sur l’estrade, se fichant totalement du regard outré du marchand, et se posta devant l’esclave rondouillet. Enfin, Cath’ se fichait totalement de l’apparence des gens. Parce que c’était trop fatigant d’y porter attention, tout simplement.

- « Ton prén-…
- Hey, descend-…
, essaya de le couper le marchand qui se fit interrompre d’une bourse remplie d’argent dans la tronche.
- … ton prénom, donc ? »

Demanda-t-il en buvant une gorgée de WonderWisper derrière, son éventail replié plaqué contre son thermo.

Revenir en haut Aller en bas
Potato Brat
avatar
18/10/2018, 23:58
Messages : 50
Age du personnage : 18-20
Pouvoirs / Particularités : Se transforme en petit cochon quand il est mouillé au liquide froid

Origine : Création personnelle

Orientation sexuelle : Pansexuel

Habitation : Attaché au marché à esclave de Queenland en se demandant ou ça à bien pu merdé à ce point.

Voir le profil de l'utilisateur
Je regardais le monde passer, ces gens qui ignoraient royalement les esclaves restants sur l'estrade. En même temps, moi aussi à leur place je les aurait ignoré, je veux dire, regardez nous comment on est laid ! D'ailleurs ça se sent que certains sont là depuis plus longtemps que moi, il y'en a même à qui on lui à tranché le bras ! ...Est ce que ce pauvre gars à essayé de voler pour survivre et on lui a tranché le bras pour faire un exemple? Ou alors ils lui ont arraché juste avant qu'il arrive... C'est sur que moi je suis bien comparé aux autres, j'ai pas l'air en trop mauvais état... Pour l'instant.

Je suis même en train de supplier intérieurement le seigneur de me laisser aller avec quelqu'un qui me laissera en bon état... J'ai vraiment plus aucune dignité.

Je regardais alors la ville avec un air fatigué, tout était presque comme chez moi à Londres... Mais... Tout semblant si déformé, si décadent...Alors bien sur les gens sous vitrine ça comptait. Mais les gens étaient semblaient si malsains... Je ne saurais quoi dire ce je ne sais quoi qui me rendait mal à l'aise vis à vis de ces gens...

Quoique si...

...Je sais...

CETTE ÉTRANGE CRÉATURE FÉLINE QUI DÉCAPITE LES GENS SANS QUE PERSONNE NE BRONCHE !!!

Oh bon sang...Bon sang... Pourquoi personne ne réagit? Bon sang... Je regarde le vendeur mais il m'envoie un regard des plus mauvais qui me force à baisser les yeux, et il continuais de crier pour essayer de me vendre lui et les autres esclaves. Je baisse de nouveau les yeux quand j'entend une voix qui rétorque au vendeur, si ça le fait taire.

Je lève la tête et... C'est pas la personne qui venait de décapiter des gens dans la rue? Il balance, car je crois que c'est un homme qui cause, vu la voix, enfin, j'ai des doutes énormes... Il essaye de me demander mon nom, mais le vendeur l'interrompt, il lui balance un sac d'argent et me redemande mon nom.

Bon sang, bon sang, bon sang... Je veux pas mourir...

Je vais juste répondre mon nom... Après tout il me le demande.


Je... Je m'appelle Blake... Je m'appelle Blake... Blake Amerton... Sir Blake Amerton...

Bon sang j'suis perdu...

Mais...Mais je crois que ici c'est juste Blake... Ou l'esclave...Enfin je préfère Blake quand même...

J'essaye d'oublier le fait que cette personne vient d'assassiner deux innocents dans la rue... Enfin innocents je sais pas, c'était peut être des criminels, on sait jamais... Bon sang...

Euh...Vous...Vous savez ou on est?
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Princess
avatar
20/10/2018, 00:48
Messages : 359
Age du personnage : Il ne fait pas du tout son âge, il fait 23 ans le bougre...
Pouvoirs / Particularités : Nature's Master

Origine : La Belle au Bois Dormant...

Orientation sexuelle : Osefsexuel.

Voir le profil de l'utilisateur

©️ Yamashita sur épicode

And I will
laze around this fucking noise...


feat. Blake Amerton


Le regard apeuré que lui lançait l’esclave rondouillet le laissa complètement de marbre, aussi désintéressé et blasé qu’à l’accoutumée. Hum, avec ce regard-là il y avait des chances pour qu’il pût faire taire ses trois insupportables sœurs aînées… Tout à ses réflexions, les oreilles de Catherina s’orientèrent vers… le dénommé Blake, donc, quand celui-là prit la parole. Blake était son prénom, voilà qui était bien plus court et agréable à penser que ‘l’esclave rondouillet’. Notre Immaculé hocha la tête et ignora tout simplement le reste. Il avait demandé son prénom, il n’avait aucune envie de savoir que son nom de famille était Amerton ; du coup, il ignora tout ce qui ne l’intéressait pas. Passant sa main dans ses cheveux, notre Immaculé plongea un regard complètement nonchalant dans les yeux apeurés de Blake. Hum… Est-ce que ses sœurs ne risquaient pas de faire encore plus de bruit ? Quoique, tant qu’elles venaient pas le faire chier, il pourrait bien endurer plus de bruit… hum… ou pas… hum… Le rondouillet reprit la parole et Catherina arrêta d’un geste le marchand qui s’apprêtait à l’interrompre. D’un majeur magnifiquement relevé, plus exactement.

- Je... Je m'appelle Blake... Je m'appelle Blake... Blake Amerton... Sir Blake Amerton...
- D’accord, Blake.


Catherina pencha légèrement sa tête de côté. Pourquoi diable s’évertuait-il à répéter un milliard de fois la même chose ? Il avait compris dès la première fois, à quoi ça l’avançait de faire le perroquet ? Notre Immaculé saisit très lentement son menton dans sa main gauche, buvant une gorgée de son thermo qu’il tenait toujours dans sa main droite. Hum… pouvait-on seulement dire que Blake ressemblait à un perroquet ? Notre Bestia redressa sa tête et éjecta son précédent début de réflexion de ses pensées. Flemme. Il avait la flemme de réfléchir, il le ferait plus tard. Il sauta souplement sur le sol, après avoir brisé les chaînes de Blake d’un mouvement si rapide que son geste avait été invisible. Seul le bruit d’un nodachi rengainé pouvait faire deviner qu’il l’avait dégainé. Il se retourna, de quart de profil pour Blake alors que ce dernier lui posa une question – à laquelle Cath n’avait aucune intention de répondre dans l’immédiat.

- Euh...Vous...Vous savez où on est ?
- Suis-moi.


Buvant une énième et encore une énième gorgée de WonderWisper, Cathy rangea son thermo après s’être mis en marche. Il reposa naturellement et d’une lenteur encore plus lente que sa démarche son éventail contre ses lèvres, le tout en bâillant à s’en décrocher la mâchoire – il l’avait, à défaut, faite passablement craquer. Il fit jouer ses épaules avant de s’étirer de tout son long sans cesser de marcher, vérifiant à travers son lien avec la terre que Blake le suivait bel et bien. Il avait trop la flemme de détourner la tête pour le vérifier de ses propres yeux. Laissant retomber ses deux bras le long de son corps, continuant d’avancer de sa démarche lente mais étonnamment silencieuse, Cathy prit la parole.

- Dis-moi...

Pause. Continuant de marcher, notre Bestia fit tournoyer son éventail entre ses doigts avec finesse avant d’accélérer petit à petit sa marche – qui passa donc d’excessivement lente à lente – pour on-ne-savait-quelle-raison. Même lui ne savait pas pourquoi. PUTAIN ARRÊTE DE ME PIÉTINER COMME ÇA CATHY ! Il jeta un regard meurtrier à la terre, qui se tut après quelques grommellements, puis retrouva son minois complètement blasé, désintéressé et nonchalant. Il s’arrêta et s’accroupit devant un buisson de feuilles aux couleurs aussi automnales qu’enneigées et caressa les veines de certaines d’entre elles du bout de ses doigts.

- … tu as une technique pour faire taire les gens ?

Oui. Quatre minutes de pause pour ça.
Hell’come, Blake...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: