Off with their heads... I just need their bodies! || Snow White || Ended.




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Off with their heads... I just need their bodies! || Snow White || Ended.   10/7/2014, 04:49

Voir le profil de l'utilisateur
Red Queen


Messages :
1343
Féminin
Age du personnage :
19 ans
Pouvoirs / Particularités :
Contrôle des ronces empoisonnées et vol de vie.
Origine :
Blanche Neige- Alice in Wonderland
Orientation sexuelle :
Homosexuel
avatar
Snow White
Red Queen

Who am I ?

Snow White

"I don't need a prince to save me.
I don't even need a man to love me.
I just need someone to satisfy me."
- Snow White.
.: Nom civil: Snow White.
.: Age : Plus de soixante ans d'âge et 20 ans d'apparence physique.
.: Existe à Wonderland depuis : Snow est né à Wonderland et y existe depuis plus de soixante ans.
.: Orientation sexuelle : Homosexuel - Ambi.
.: Groupe : Crooked Men.
.: Race : Déjan'thé.
.: Origine : Blanche Neige et les sept nains et la Reine Rouge d'Alice in Wonderland.
.: Fonction : Reine, donc glander, harceler ses sujets et trancher des têtes pour les catapulter sur les autres royaumes.
.: Âme : Il n'a pas d'âme °°.
.: Particularité : Les membres coupés par les ronces de Snow restent reliés au corps, la personne ne meurt pas et le membre peut s'agiter même s'il est loin du reste du corps.
.: Pouvoir : Contrôle de ronces empoisonnées, cependant les ronces le blessent à chaque utilisation.
.: Classe sociale : Très riche.

Description Physique



"Une reine était assise à sa fenêtre encadrée de bois d'ébène et cousait. Tout en tirant l'aiguille, elle regardait voler les blancs flocons. Elle se piqua au doigt et trois gouttes de sang tombèrent sur la neige. Ce rouge sur ce blanc faisait si bel effet qu'elle se dit : Si seulement j'avais un enfant aussi blanc que la neige, aussi rouge que le sang, aussi noir que le bois de ma fenêtre ! Peu de temps après, un fils lui naquit ; il était blanc comme neige, ses lèvres rouge comme sang et ses cheveux étaient noirs comme de l'ébène."

L’histoire ne donne pas suffisamment de détails pour que l’on puisse identifier ce personnage assez singulier. Snow c’est un peu… Une jolie paire de fesses qui se dandine au dessus de longues jambes, surmontées d’une mini-jupe et se terminant en une paire de talons aiguilles. Un mètre soixante-quinze de silhouette élancée et longiligne. Des mouvements félins qui savent attirer les regards, lents et d’une grâce peu commune. C’est des yeux de biches à la couleur singulière du sang dont les longs cils noirs viennent battre avec la douceur des ailes d’un papillon et qui savent éveiller le désir en ceux qui y posent le regard. On en oublierait presque les cernes les entourant et le regard noir qu'ils envoient parfois.
Une voix douce et profonde vous embrouillant les idées et à laquelle bien peu peuvent résister. Un petit nez légèrement recourbé vers le haut lui donnant un air enfantin et des lèvres pulpeuses et d’une couleur intense, aussi appétissantes qu’un fruit juteux dans lequel on ne demanderait qu’à mordre mais dont le sourire carnassier vous dissuade bien vite alors qu‘une langue se glisse dessus en guise d‘invitation vous faisant perdre tous vos moyens. Elles sont rarement démunies d'une pipe à opium.

C’est une attitude déconcertante et enfantine, voire se voulant innocente, mêlée aux gestes suggestifs des femmes fatales, c‘est simplement un jeu et la lueur de satisfaction brillant dans les prunelles de l‘homme montre clairement qu‘il y prend un malin plaisir. Snow sait plaire et se sert des atouts dont il a pleinement conscience. Des courbes légèrement marquée et affriolantes malgré son genre, soit un corps d'androgyne assez singulier, une chute de reins attirant les regards. Une taille fine et marquée bien que son corps soit des plus frêles, à croire qu‘il n‘a que la peau sur les os, ses côtes se dessinent gracieusement au dessus d‘un torse parfaitement plat et imberbe sur lequel ne n’apparaît aucun muscle.
Avec son allure androgyne et sa maigreur on a souvent l’impression qu’on pourrait le briser en l’effleurant, cependant les quelques traces encore rougeâtres fraîchement laissées sur sa peau par l’un de ses nombreux amants et les drogues, exposent clairement qu’il n’en est rien, un peu comme une invitation à marquer davantage cette peau blême, bien trop lisse et trop parfaite accentuée par une chevelure noire, courte et aux mèches rebelles éparses dans le vent.
Cependant à quoi bon prendre la peine de se coiffer si c’est pour se retrouver décoiffé les secondes qui suivent? Malgré cette allure débraillée et ses habits s’apparentant à ceux d’une fille de joie, la princesse garde toujours une allure fière, voire hautaine et prétentieuse. Il est beau, alors à quoi bon faire comme s'il n'en avait pas conscience?



Etat mental



"La princesse elle t'emmerde."
Et avec tout son amour.
Lorsque l'on entend claquer les talons aiguilles rouges de Monsieur la Reine, on voudrait laisser échapper un "enfoiré", lui cracher à la figure, lui déchiqueter son sourire arrogant. Mais on ne peut pas, car on n'a pas envie de perdre la tête, ou dans le meilleur des cas, qu'elle nous la retourne. Snow est un enfant capricieux, arrogant, terriblement chiant. Une gamine capricieuse et égocentrique coincée dans un corps de grand et dans un statut qui lui correspond si peu qu'il se plait à le dénaturer. Il n'a que faire du peuple, ou du reste du monde, il se perd juste dans l'accomplissement de ses désirs constamment renouvelés. Snow est un connard, une salope, une catin, nommez-le comme il vous plaira, ça peut lui plaire, comme ne pas lui plaire, selon les humeurs, il est lunatique le petit. Vous serez prévenus ne venez pas vous plaindre si vous finissez étalés sur le pavé. Il sait ce qu'il est, mais ça ne lui plait pas. Et puis quoiqu'il en soit, un domestique nettoiera.
"Je suis parfait."
Du moins à tes yeux, sinon je te les crèverai.
Violent? Non. Ou si peu. Mais quoiqu'il en soit, s'il en vient aux mains c'est bien que vous l'avez cherché. Au fond une Reine ne se salit pas les mains, elle laisse cette lourde tâche à ses sujets. Mais quand même... Que c'est plaisant, de voir un visage déformé par la douleur, sous ses petites mains délicates. Snow est capricieux, il veut qu'on l'aime, qu'on le vénère, posséder les personnes qui l'entourent qu'ils les aime ou non en retour. Bon, vous l'aurez compris, Snow est un personnage peu recommandable. Et pourtant en le voyant vos mamans vous inciteraient à jouer avec lui. Car il est puissant, et qu'à première vue il a presque l'air gentil, pour les gens démunis de cervelle du moins. A mi chemin entre ironie et langage fleuri, Snow ne manquera pas de vous envoyer chier, oui, faire caca, et tout cela avec le sourire, comme si de rien n'était. Mais c'est normal pour lui, créature innocente et naïve perdue dans une société enfermée dans des carcans de mondanités sottes et inutiles.
"Tu veux jouer?"
A tout ce que tu voudras, je sais toujours tourner une situation à mon avantage.
Par ce que Snow est naïf, il veut vous croire, surtout quand vous dites que vous l'aimez, mais il n'est pas con pour autant. Intelligent, manipulateur parfois, il tire allègrement sur vos ficelles jusqu'à ce qu'elle s'ancrent dans votre chair, petits pantins désarticulés. Il sait parler, et adore converser. Pour lui c'est un peu comme disséquer les esprits, s'y introduire... La même chose qu'il aimerait faire dans vos corps en fait. Snow est un pervers, à tendance psychopathe, doublé d'un sociopathe avec de sérieux problèmes. Il aime les hommes, les comprendre et explorer leur être, notamment les parties les plus sombres de celui-ci. Snow est fou, de la folie des autres. Il est curieux, au point de frôler l'indécence. Il peut les suivre, les traquer, les observer, sans se poser de questions. Mais le moule de la morale il l'a abandonné il y a longtemps, trop étouffant. Imprudent et impudique à la fois,  il n’a pas de limites et à tendance à toujours aller dans l’excès, à pousser le bouchon un peu trop loin et frissonner de plaisir en voyant, ou subissant, votre réaction.
"Tu vas souffrir, et crois moi, tu vas aimer ça."
L'odeur du cuir et la sensation de la moustache, t'aimes ça? Non? Tant pis pour toi.
Snow est un cliché, mais par ce qu'il aime les clichés, celui du monsieur dans la camionnette blanche, sous un imper, et même derrière le coin d'une ruelle, mais aussi celui de la Marilyn. Snow sait plaire, rendre plaisant tout ce qu'il a de déplaisant. Il sait faire de ses défauts des atouts, du moins face à certaines personnes. Sa langue fourchue et venimeuse s'agite habilement sur vos esprits. Il sait manier les mots, leur donner la force d'une épée, mais face à plus grand orateur que lui il se sent à nouveau comme un enfant balbutiant. Ce qu'il déteste et qui l'irrite. Mais il sait garder la face. Car bien que Snow soit sensible il est pas pour autant fragile. Espiègle et mesquin, ses paroles se feront juste plus tranchantes, et peut être que vous y perdrez la tête, car regarder la Reine de haut est le plus grave des péchés.
"Un cœur? Si c'est ce que tu veux il y en a plein mon palais."
Je n'ai pas de cœur, uniquement des obsessions.
Sous le masque de la Reine Rouge, derrière l'épais rideau de sang, se terre encore la princesse, l'enfant, incertain et fébrile. Un cœur brisé envahit par les doutes devenus obsessions. Snow a peur de souffrir à nouveau, les seules personnes qu'il aime il s'en est éloigné tout en les gardant sous clef, étouffées par une possessivité maladive et la jalousie qui le ronge. Snow admire les gens, mais jamais il ne l'admettra car face à ces personnes il se sent si petit et inutile. Enfant têtu et obstiné. Ses relations sont souvent superficielles, du moins c'est ce qu'il veut croire, tout en montrant l'inverse à la personne concernée. Snow voudrait se foutre de tout, abandonner ce cœur, le geler et le réduire en poussières. Il aime tout ce qui est léger et superficiel, jouer et tout ce qui est enfantin, coincé entre deux âges, deux existences. Snow est un enfant, vide et paumé, qui ne sait pas qui il est.


Il était une fois...



Ton histoire est aussi longue que celle d'une petite vieille, pour une princesse, t'en a vu passer des choses, t'es même mort à un moment. Lorsque t'en parles aux gens d'ailleurs t'as vraiment l'air d'une mamie qui radote. Enfin, peu importe je vais la répéter pour ceux qui ne la connaissent pas, en trois couleurs, comme les écrans de télé, le RGB, sauf que là le film de ta vie est juste en noir et blanc, teinté d'un peu de sang. Au fond c'est ce que tu es, un vieux conte éventré et torturé.

Blanc comme neige, ou quand les rêves deviennent réalité, juste avant de virer au cauchemar.
T'es né, avec dans la bouche une cuillère en argent, et un destin tout tracé. Tu devais fermer les yeux, et les rouvrir suite à un baiser. Ça te faisait rêver, le prince charmant, le palais blanc tu l'avais déjà. Elle t'obsédait cette histoire, encore plus depuis que ta sœur avait trouvé le sien, grand et brun. T'observais leur histoire, caché dans le noir, déjà là, t'étais bizarre faut l'avouer. Mais c'était que le début de ta descente en enfer.
Tu ne rêvais pas de te trouver une princesse, une grognasse qui passait le balais t'en avais suffisamment au palais, pourquoi se contenter d'une lorsque tu pouvais en avoir à la pelle? Non, le prince t'avais toujours paru plus intéressant. Et puis au fond tu tenais davantage de la princesse. Ça te faisais rêver les histoires de cape et d'épée. Mais bien vite tu découvris que ton rêve était hors de portée, qu'un garçon n'avait pas sa place sur le trône d'Eternia, et que tu n'aurais pas de prince.
Tu découvris plus tard que ta sœur était un homme et que malgré tout il aurait un prince, que ton frère ne serait pas ton prince, que ton père n'était pas le seul prince de ta mère, que t'avais un autre frère. Que tu appris à aimer, mais malgré tout, la pilule était pas facile à avaler. Tout était si compliqué que ça te donnait envie de gerber, t'avais fuit, une journée, une fuite d'enfant qui rentra rapidement au foyer. Par ce que ton oreiller douillet et ta baignoire dorée te manquaient.

Noir pétrole, rêves souillés par la déchéance humaine, Wonderland, contrée de la désillusion.
Ce jour là, t'avais le cœur lourd et les yeux embués. Tu venais de découvrir que ta sœur était ton frère et que t'avais un demi-frère. Tout était si confus. Et puis tu l'as vu. Ce garçon qui correspondait tant à la description avec sa grande taille et ses cheveux blonds. Toi, pauvre enfant perdu, tu voulais toucher se rêve du bout des doigts, oublier le royaume et ton chemin déjà tracé. Mais ton obsession à tout fait voler en éclats.
T'attendais trop, parlais trop, tu sais pas trop. Tout ce que tu sais c'est que vous étiez jeunes et que ça n'avait pas duré longtemps. Il avait mis fin, à votre histoire et à ta vie. Il t'avait réveillée, mais lorsque tu rouvris les yeux t'avais rien d'une princesse. Toujours aussi paumé, mais encore plus rongé par tes obsessions et cette fin que tu ne voulais accepter. Alors tu l'avais suivit, cet être qui ne voulais t'aimer. Jusqu'à découvrir son secret, sa capacité de passer d'un lieu à l'autre, l'excuse parfaite pour l'enchaîner.  
Il t'avait poussé du haut d'un ravin et malgré tout t'arrivais pas à l'oublier. T'avais retourné la tête de ton père et de ta mère, enfant adoré qui voulait un nouveau jouet. C'est comme ça qu'il avait rejoint le palais et que t'as commencé à le harceler. Il avait beau te fuir t'arrivais pas à accepter qu'il ne veuille pas de toi. Et puis c'était un bon moyen de te changer les idées et de en pas contempler l'idylle, tel que tu la voyait du moins, de ton aîné désormais devenu reine et de son roi.  

Rouge sang, passion destructrice et esprit meurtrier. Au delà de l'amour, il y a la haine. Et encore plus loin, le vide.
Tu te perdais dans ta démence, la drogue et la débauche. Tu t'habillais en femme, comme ton âiné. Tu t'entendais bien avec ton demi-frère, le chaperon rouge, pour énerver la reine, du moins au début. Ta chambre devint un véritable bordel, les gens y défilaient, les domestiques rangeaient, quoiqu'on ne savait pas vraiment ce que tu leur faisait. Personne ne te comprenait vraiment. Tu te sentais seul. White Queen avait tenté de t'enfermer pour te "préserver" cependant même lui, celui que t'admirais tant, n'arrivait pas à t'arrêter.
La jalousie te rongeait, même ton cher lapin blanc, ton prince charmant, ton tien, il semblait plus proche de ton aîné que de toi. Mais malgré ton esprit torturé ton frère t'aimait, pas suffisamment selon toi. Il aurait du tout te donner, mais il gardait jalousement son roi. Jamais tu n'aurais pu imaginer qu'il voulait te protéger d'un homme sans scrupules qui l’écœurait. Tu t'es approché trop près du roi rouge, devenant son amant, tout cela dans le dos de ton aîné. Tout ce qu'il avait était tien... Sauf le royaume, petite graine d'idée que le roi vint planter dans ta petite tête ingénue.
Alors vous avez magouillé, le Père Castor à accepté de vous échanger. Au final un enfant roi contre un autre, ça ne changeait pas grand chose. Le royaume se mourrait et ne récoltait pas assez d'âmes, ça n'aurait pas pu être pire. Le roi avait sa reine, moins pénible et plus aisément manipulable de par sa démence et son immaturité. Ta soeur avait été enfermée, devenant ton jouet. Le lapin blanc t'appartenait désormais. Et tu avais le prince de ton aîné... Et pourtant tu n'avais rien. Encore à ce jour tu es perdu, tu ne sais qui tu es, n'écoutant que tes envies et semant la misère dans ton royaume. Et le chaperon rouge, ton seul ami, ton seul confident, t'avait abandonné. Reine Rouge, de par le sang que tu as versé et le nom de ton époux, adopté pour torturer d'avantage ton frère aimé.



Derrière l'écran


.: Comment êtes-vous arrivés ici? : Aucune idée °°
.: Quelque chose à nous dire? : Lama!
.: Avatar : Orihara Izaya de Durarara!! Et d'autres personnages.




“I felt like an animal, and animals don’t know sin, do they?”


Dernière édition par Snow White le 30/7/2014, 02:36, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Off with their heads... I just need their bodies! || Snow White || Ended.   11/7/2014, 02:50



avatar
Invité
Invité
Bienvenue Fonda x'DDDD
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Off with their heads... I just need their bodies! || Snow White || Ended.   11/7/2014, 18:24



avatar
Invité
Invité
Je rêvais de faire ça un jour, accueillir le fondateur... Bienvenue à toi Snuuuw-White hinhin ♥♥
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Off with their heads... I just need their bodies! || Snow White || Ended.   11/7/2014, 18:29

Voir le profil de l'utilisateur
Rumplestiltskin, what else?


Messages :
30
avatar
Rumplestiltskin
Rumplestiltskin, what else?
Refusé !
Tu ne respectes pas le nombre de lignes !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Off with their heads... I just need their bodies! || Snow White || Ended.   11/7/2014, 18:34

Voir le profil de l'utilisateur
✖ The Oogie Boogie Fairy ♥


Messages :
262
avatar
Troll
✖ The Oogie Boogie Fairy ♥
Hahaha! Bah c'est fait, merci mes amuuuurs! <3 (Sauf Rumple)
(Faut que je me bouge le cul pour la refonte! °^°)

Et puis d'abord je fais qu'est ce que je veux JE SUIS ICI CHEZ MOI! èwé
En plus t'as même pas d'avatar toi... >>"

EDIT: C'est enfin fini! C'est pas super mais c'est fini! °^° Donc auto-validationné! o/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Off with their heads... I just need their bodies! || Snow White || Ended.   



Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Off with their heads... I just need their bodies! || Snow White || Ended.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 08. Heads will roll
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Codex pirates (avec du n'ork d'dans ^^)
» Heads Will Roll ▬ Jamie & Enzo
» HEADS WILL ROLL • pv ashley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of madness :: Through the looking glass :: Et toi, t'es qui? :: Présentations en cours :: Présentations terminées-