la clef de 12 dans ta face, et un supplément graisse d'essieux.




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: la clef de 12 dans ta face, et un supplément graisse d'essieux.   14/9/2014, 22:23

Voir le profil de l'utilisateur
Le type du wagon 6


Messages :
149
Age du personnage :
22
Pouvoirs / Particularités :
torde le métal/ vision x sur androïde
Origine :
ma tête; Ecosse
Orientation sexuelle :
Androïdophile
Habitation :
Wagon-lit numéro 6 / Train des Unmads
avatar
Sherydan Bosch
Le type du wagon 6

Who am I ?

● Sherydan Bosch

"Une petite citation?"

.: Nom civil: Sherry, "Bosch"
.: Age : 22 ans, toujours en croissance
Existe à Wonderland depuis : 2 ans
.: Orientation sexuelle : mécanophile
.: Groupe : Unmad
.: Race :Alice
.: Origine : MA TÊTE (notre monde, maintenant)
.: Fonction : inventeur et ouvrier à la fois
.: Âme : oui
.: Particularité :  "bah rayon X sur les machines quoi °^°".
.: Pouvoir : agir sur les matières dans une moindre mesure selon sa densité
.: Classe sociale : pauvre
.: Participant au Game of Madness : Non

Description Physique



On va pas mentir, t’as la gueule de l’emplois ,dans ce boulot d'inventeurs cachés, comme un auteur déchu parmis ses création et ses bidons de lubrifiant..T’es pas super grand, mais t’es assez maigre pour qu’on espère que tu le sois. Tu fais quoi ? Un mètre soixante-dix à tout casser.. ? Et on est même pas sur que t’atteignes les cinquante kilos. « Mais c’est une histoire de protéines, à force de manger du gazon »...Nan, c’est plus parce que tu bosses,tu fumes et tu bois plus que manger.

Mais ça t’a sculpté un putain de visage de muse masculine, avec les traits minces, les joues creuses de poète maudits et des pommettes assez saillantes pour qu’on se coupe dessus.
T’es plutôt beau gosse, en fait, si on t’enlevais cette moue râleuse que t’as en public. T’as des yeux d’une couleur assez claire, mais c’est un regard tellement con que tu sors qu’on dirais que t’as des yeux noirs..Heureusement pour toi qu’tu fais plus jeune que ton âge, vu ton train de vie de merde..t’es pâlot aussi, tu dors bien ? Nan. Et ça se voit aux cernes que tu trimbales comme ton passeport.

Hors de ton compartiment couchette, t’as un tshirt noir, un jean déchiré qui va bien avec tes doc’s râpées , et quand tu te la pète sur ta bécane rapiécée quand tu dois aller chercher tes pièces ou ta dope, tu rassures pas franchement, surtout avec tes cheveux, le seul élément qui détonne niveau couleur. Une moitié de touffe décolorée qui adoucit le coté du visage sur lequel elle tombe, quand t'as pas laface constellée de graisse de moteur après une aprèm dans les entrailles actives du train qui courre sous terre.

Mais après, il y a le toi intérieur, aussi..celui que t’es avec les gens que t’aime, comme un ado en pleine crise qui serre quand même sa peluche une fois au pieu. Dans le réduit de quelques mètres où tu as entreposé tes rêves, t’enlèves ton uniforme de créateur fou et transpirant et tu t’emmitoufle dans un pull qui ne craint rien, te couvre le corps et libère tes jambes pleines d'écorchures de cable de cuivre en fumant ton joint. T’en fumes au point que c’en est devenu une partie de l’odeur corporelle qui coule de tes pores comme un brouillard..ça , ton savon au citron, et ton shampoing à la fraise. C’est presque féminin mais sachant que t’aimes bien les jupes quand elles sont bien coupées, alors pourquoi pas ça ? De toute façons, il faut bien ce genre d'odeur pour contrebalancer celle, rance, d'huile de moteur et de moult produits de mécaniques qui se colle à ta carcasse et sous tes ongles.. T’as des longues mains à ce propos, pratiques, précises, pour venir jouer avec la biomécanique la plus fine et la plus précise, jouer avec les nerfs organiques et ses jumeaux de silicones et de cable, et des pieds qu’ont la même tronche que toi..petits mais longs qu’on dirait des mains..d'ailleurs tu t’en sers comme tels, fini le mal de dos,après leur entrainements à ramener les outils à toi quand ta bouche en contient déjà trop..




Etat mental



‘Parait que les lieux où tu vis, c’est un peu le reflet de ton état mental. Mec, ‘faut sérieusement que tu consultes, alors..Tu vis dans un wagon-lit, type S, aux marquetteries meurtires de coups de tournevis, et absente de place libre. Ta chambre est le matelat refourgé dans un coin, pour laisser le reste de la pièce mouvante sous le nom d'"Atelier personnel", où s'entassent bocaux de test emplis de peau liquides aux reflets nacrés, outils et caisse de clefs et autres mains mécaniques, fer à souder,masques, lunettes, ordinateurs et circuits imprimés. La petite fenêtre hirozontale est même condamnée à rester constement ouverte, bloqué par ton entassement de babioles et de corps pas finis..tes enfants, qu'tu cherches à mettre au monde pour qu'ils soit parfaits. Ou pas, tu veux juste créer la vie et la laisser évoluer. T'es un peu enceint constement en fait.
C’est fou, rien qu’avec des crasses comme ça, on devine ce que t’es comme gars. Enfin, presque..juste les grandes lignes..
Ouai, t’es un de ces gars qui se perdent dans des utopies de création, des délires de dieu,associaux, tarés, irritables et qui cherchent mieu que la compagnie humaine..Mais tu diras pas non. T’es un vrai bouledogue en dehors de ton placard sous l'escalier, et ceux qui t'ont déjà irrités ont déjà eu le visage marqué d'un adroit coup de clef dans la machoire.

Tu crois pas en grand-chose, juste dans la fatalité, et la rationnalité. Science bitch, bon crédo pour un toxico..Mais t'aspires bien à une chose, voir les yeux de verre et de fine technologie s'ouvrir un jour pour toi, même si ça ne te rendra pas plus aimable, sans aucun doute. Utopie rime avec technologie, ne le dirons-nous jamais assez. Des aller retour entre atelier et wagon, tu l'as fais bien assez pour voir que la magie ne pourra jamais être aussi belle que le résultats de ce sommeil et cette santé sacrifiés sur l'autel de ton travail acharné..acharné et obsessionel. Après tout, 'faut bien créer des corps pour les petites voix dans ta tête.



Il était une fois...


Sherydan Bosch, l’enfant bagage. Un joli nom pour l’ombre humaine que tu es, celle qui se perd et ne se voit que dans les reflets de chrome et les étincelles des soudeurs à haute-température.Sans doute trop pétique pour le charretier que tu as toujours été. Associable, dès tes premiers mots que tu as refusé de prononcé en public, inquiètant ta mère si seule que son lit était chaque soir remplis d’inconnus sans visage si ce n’est d’autre que celui de ton hollandais de père. Tes compagnons n’étaient alors que des jouets, des poupées aux regards vides, aux mots creux qu’une ficelle tirée dans le dos faisait résonner. Dialogue de sourd qui te fit échanger tes propres mots avec toi-même.

Enfant stupide, qui ne sait lire ni écrire, mais en vérité, continu à se plonger dans son mutisme, ou sa horde de soldat grossers. Salope, Connard, va te faire foutre et autre généraux du mot sacré te menèrent non pas en terre promise de l’examen logique, mais ce fut dans un établissement spécialisé, où tu pus jouer avec ce que tu voulais, démontant les objets innocents que l’on oubliait son tes doigts pour te laisser les remonter, et recréer d’autre formes humanoïdes, à qui tu donnais ta propre voix. Et comme les gens assumait cette soi-disante stupidité, par facilité, et sentiment de supériorité, tu ne fus jamais inquiété d’une quelconque confrontation avec ces psychologues briseurs de rèves et condensateur de peurs adultes. Tout à toi dans ton royaumes de métal cerclé.

Et vinrent tes 15 ans, ta chambre emplie de trésors de génie pu trouver des compagnons aidé par le professionalisme d’une classe de mécanique et électronique, tandis que tu passais des nuits à experimenter de nouveaux assemblements,tout ça pendant 3 ans..et une dernière année en internement personnel, dans ta chambre, tes papiers, tes calculs obsessionels sur ton idée d’ami mécanique,celle qui ne t’a pas quitté depuis l’enfance. Celui qui abriterai cette voix qui résonne si fort près de ta nuque.. Tant de phrase et tant de mot pour décrire une vie si morne. Difficile de raconter une histoire, lorsqu’il n’y a pas d’histoire. Le fin de l’histoire fut imprimé sur ta rétine quand l’ennuis te poussa à ouvrir la veine de ton aine avec un circuit cassé. « Calèche », une stupide blague en pop-up qui venait de surgir sur une page internet. Ouai. Drôle. T’avais les doigts en sang, la face aussi inexpressive que celle de l’androide que t’avais sculpté de tes doigts, et qui lorsque ton cœur battant , épuisé par tout ses calculs,t’avais poussé à démarrer, n’avait fait que grogner une mélasse de grincement. Burn-out, et réaction excessive. La mort.

T’es mort les yeux ouverts, et ta mère t’a trouvé 3 jours plus tard. Après tout, c’était si rare que tu sortes. Et qui s’inquièterait pour un enfant qui ne souris pas même à sa propre mère ? Maintenant, mademoiselle Bosch, 43 ans, était libre.

C’est un grondement qui t’a réveillé. Un crissement atroce pour tes tympans, et une douleurs ignoble qui t’a fait pousser ton premier hurlement conscient, après celui de ta naissance. Les yeux brouillés de larme et le cerveau envahis de douleurs, tu avais déjà oublié le mystérieux rongeurs qui t’était apparus avec un fond rose et vert fluo, clignotant sur une calèche pixelisée..Tu ne sais pas exactement qui t’as vu. Tu sais juste que tu as eu de la chance. Ton bras...par contre...un peu moin. Et la seconde fois que tu as vu le jours en ce monde de Wonderland, c’est relié à une machine. Machine qui t’a sauvé la vie, gonflant tes poumons d’oxygène...et lorsque ton visage émacié se tourna vers ton bras douloureux, il n’y vit que le matelat vide de chaire, l’amputation ayant du prendre sa racine à l’articulation la plus aisée, permise par le déboitement de l’épaule qui n’aurait désormais plus jamais lieu. Mais après une acclimatation dans ce si petit atmosphère, les premiers sourires du jeune hommes débutèrent enfin, éclairant son visage lors de la découvertes des machines et outils, expérimentations et matériaux..

Ses premières nuits de convalescences furent de longues veillées joyeuses penchés sur les papiers et les notes des ingénieurs déjà présent, qui au bout de quelques mois, lui permirent la création d’une prothèse fonctionnelle, permettant mouvements fluides et précis grâce à la transformation des signaux electriques envoyé par le cerveau, en electricité motrice. Recommença alors son obsession..le membre, puis le corps, et l’âme..Son désir le poussa à apprendre encore et encore, travaillant sur les intelligences artificielles, les mouvements, les textures de peau et cherchant à obtenir l’éclat humain dans les yeux de fer et de verre qu’il conçus à la masse et stocka dans un seau, sous son lit..une quête qui selon ses calculs, tends peu à peu à frôler sa finalité.






Derrière l'écran


.: Comment êtes-vous arrivés ici? : ...need...a life...
.: Quelque chose à nous dire? : wacky woollies
.: Avatar : Ugly ♥
.: Rang désiré : le type du wagon 6



Dernière édition par Sherydan Bosch le 7/8/2016, 20:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la clef de 12 dans ta face, et un supplément graisse d'essieux.   14/9/2014, 23:59

Voir le profil de l'utilisateur
Red Queen


Messages :
1343
Féminin
Age du personnage :
19 ans
Pouvoirs / Particularités :
Contrôle des ronces empoisonnées et vol de vie.
Origine :
Blanche Neige- Alice in Wonderland
Orientation sexuelle :
Homosexuel
avatar
Snow White
Red Queen
Félicitation, ta fiche est validée!

Hell'come, te voilà officiellement membre du forum! Désormais tu ne pourras plus partir.... MUAHAHAHA!
   Maintenant que tu es ici chez toi penses à recenser ton avatar, ton pouvoir et ton personnage, si ton personnage est inspiré d'un personnage de fiction ou ayant existé. Aussi, tu pourras demander une maison, ou encore chercher des copains pour RP.
   Et puis c'est tout, j'espère que tu te plairas parmi nous, n'hésites pas à voter sur les top-sites et à nous faire de la pub autour de toi!


Fufufu ~ Tu connais le chemin de toute façon et tu sais ce que je pense de Sherry <3 Et pour la particularité bah rayon X sur les machines quoi °^° Juste par ce que tu m'as vendu du rêve avec les pièces de Kanon itoo xD



“I felt like an animal, and animals don’t know sin, do they?”
Revenir en haut Aller en bas
 

la clef de 12 dans ta face, et un supplément graisse d'essieux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MA FACE DE TRUIE, VIENS UN PEU PAR LA :face: [END]
» Fais gaffe, tu risques de te la prendre dans la face :p
» Art dans ta face !
» Hadopi dans ta face ou l'arroseur arrosé
» Comment ça j'ai l'air bourré ? Moi ? Le soir d'Halloween ? Mais pas du touuuuut voyons ! Et pis t'as aucune preuve ! Et Pan ! Dans ta face mon cher !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of madness :: Through the looking glass :: Et toi, t'es qui? :: Présentations en cours :: Présentations terminées-