RedKing, Roi de Crimson Spook, protecteur du domaine rouge, Majesté du Red Castle.




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: RedKing, Roi de Crimson Spook, protecteur du domaine rouge, Majesté du Red Castle.    15/9/2014, 00:14

Voir le profil de l'utilisateur
Déjan'thé


Messages :
27
Masculin
Age du personnage :
environs 25ans âge physique
Pouvoirs / Particularités :
Sang
Origine :
Alice in wonderland
Orientation sexuelle :
Bisexuel/Homosexuel
Habitation :
Red Castle
avatar
RedKing
Déjan'thé

The Red King

● Red King

« On ne choisit pas qui nous sommes, cependant on peut choisir ce que nous voulons, mais avons-nous fait le bon choix... »

.: Nom civil: A vous de deviner, que raconte les menteurs du jour ?...

.: Age : 29 ans d'apparence physique. Quelques dizaines d’années d’existence.

Existe à Wonderland depuis : Sa naissance.

.: Orientation sexuelle : Bisexuel, Homosexuel.  

.: Groupe : Crooked men.

.: Race : Déjan'thé

.: Origine : Red King ; Alice in Wonderland.

.: Fonction : Roi de Crimson Spook.

.: Âme : Non. Détenue par Le Père Castor.

.: Particularité : Persuasion légère.

.: Pouvoir : Contrôle du sang. Il peut envoyer une personne en crise d’hypothermie par exemple ou encore baisser le taux de globules blancs de son sang. Lorsqu'il éprouve une émotion forte, par exemple de la colère son sang bouillonne et il peut être pris de forte fièvre.

.: Classe sociale : Très riche.

.: Caractère : Arriviste - Hypocrite - Raffiné - Séduisant - Patient - Pervers - Manipulateur - Sadique - Serviable - Éloquent - Observateur - Insensible – Froid

.: Passé : Red King, anciennement époux de la Reine Blanche avait toujours eut une préférence pour le cadet. En manipulant la princesse il arrive enfin à obtenir ce qu'il veut mais non seulement, il arrive à renverser la Reine Blanche et à prendre le pouvoir. Il a beaucoup d'influence sur Snow, d'où le fait que The King ait accepté ce changement, cependant avec le temps son époux devient de plus en ingérable.  

.: Participe au game of Madness? : Non.


Description Physique



« Miroir, fais de moi ce que je veux que tu fasses. »


       Chaque matin, il a une nouvelle tenue différente, chaque matin, son visage lui, ne change pas. Dès l’aube, il se tient debout devant moi, les cheveux aussi noir que les ténèbres qui l’entoure, flottant sur son visage, tombant sur ses épaules et dans son dos. Il attend qu’on l’habille, avec de longs tissus sans fins -la soie, le velours, les fourrures, la dentelle, les dorures, les broderies- toujours plus compliqués les uns que les autres, aussi bien à réaliser, qu’à enfiler. Ils sont lourds. Lourd du poids de l’image qu’il doit se donner. Désagréable du mensonge qu’ils ornent.
Il s’assied sur la chaise qu’on lui apporte, et ne détourne pas le regard de son reflet, l’air sombre et silencieux, anxieux d’affronter le temps, le monde, le reste. Souvent, il fronce les sourcils, surtout si quelque chose lui déplait. « Le maquillage est semblable à celui d’hier, recommence. » « L’ongle de mon index droit à un trait plus fin, refait le. » « Ça tire, brosse plus doucement... »
Rien ne lui convient jamais en vérité. La sculpture d’aujourd’hui est trop blanche, les nouveaux draps n’ont pas assez de dorures, ou encore sa couronne n’a pas assez de pierres. Il refait tout tous les jours. Mais le Roi ne peut changer qui il est vraiment. Ses yeux rouge sang et son regard noir, son visage fin, sa peau translucide, ses cernes qu’il cache, et la froideur de ses mains sur son visage, lorsqu’il me fixe.
Le roi est un homme qui respire doucement, il est toujours très calme, comme un volcan qui lui-même, ne veux pas exploser. Il ne crie pas, ne ris pas non plus. Parfois, il sourit poliment à ses sujets, avant de les condamnés. On ne voit que rarement son vrai sourire, celui qui montre ses dents bien alignées.


       Il est parfait. Parfaitement parfait. Son corps est bien bâti, son visage est plus charmant que les dieux, et son regard est plus transperçant que la flèche dangereuse de l’amour malsain que vous pourriez ressentir à son égard. Ne lui dîtes pas quels sont vos sentiments, ne lui montrez rien de vous. Il vous questionnera. Il est curieux, si il ne sait pas déjà tout.
Le roi est grand. Très grand. Et il met des talons s’il ne l’est pas assez devant les autres.  Heureusement je suis plus grand. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’il ne me change pas. Je trône dans sa chambre comme il trône sur le royaume. On ne fait qu’être le pâle reflet de ce que les gens veulent de nous. On est décoré sur le cadre, on se couvre pour ne pas qu’on nous fasse tomber.
Chaque fois qu’il finit enfin d’être préparé –sans qu’il y ait à refaire cette fois, j’entends bien- il expire son dernier souffle avant de me recouvrir. La journée, je ne peux vous le décrire, découvrez le par vous-même. Il met le rideau sur moi, me laissant là, jusqu’au moment où il m’en libère, le soir.

      Et chaque soirs, il arrache son vêtement, comme un marchant arracherait celui d’un animal pour vendre son poil doux ; il jette tous ses bijoux, comme un mineur jetterait une poigné de pierre sans valeur ; il efface la peinture de son visage comme un bourreau arracherait celui d’un condamné.
Car avant de retrouver son vaste lit, le roi rouge s’effeuille, s’épluche, s’écorche, il se libère de toute cette haine, cette hypocrisie dont il se doit de porter, celle qu’il doit montrer face au monde qui l’entoure, le peuple, ses proches, ses ennemis, tous. Il n’y a que devant moi, qu’il ne montre son vrai visage. Celui rongé par ce que Wonderland a fait de lui.




Etat mental



“But you will never know who I really am.”


Mensonge.

Il est né à Wonderland. Vous savez à quoi vous attendre. Un être aussi important que le futur roi devait toujours être le prince le plus charmant que Wonderland n’ait jamais connu. Et roi, il se doit d’être le plus diplomatique, riche, l’être le plus parfait, celui que tous les hommes devraient jalouser. Celui que tout le monde se bouscule pour aller voir. Alors que tout ce qui émerge de sa personne  n’est qu’illusoire. Qui connait le véritable nom de RedKing ? Qui connait vraiment son histoire ? Si ce n’est que ce qu’on raconte dans la rue, dans les quartiers pas forcément recommandés, et ce que sa femme, Snow, daigne avouer. Vous ne saurez que ce qu’il vous dira, mais personne ne saura si il dit la vérité ou non.

Pouvoir.

Tout à un début tout a une fin, il semblerait. Car même dans Wonderland, cette règle entre en vigueur. Notre Roi n’a apprécié être ce qu’il était que lorsqu’il ne l’était pas. Mais si on devait lui donner une autre place dans ce monde, il souhaiterait être Roi. La suprématie a toujours été son seul amour. Il a trahi, il a menti, il aurait tué pour ça. S’il n’y a qu’une seule règle qu’il suit, c’est le pouvoir.

Tourments.

Changer, il ne rêve que de ça, ne jamais avoir la même tenue, ne jamais avoir la même coiffure, aucune posture ne lui va jamais. Cette obsession n’est pas seulement le fruit de son éternel insatisfaction, il est aussi le problème essentiel que notre Roi fait face depuis toujours. Sa torture mentale. Pour lui, le monde qu’il a acquis à ses pieds n’est qu’un sable mouvant, il s’y enfonce chaque pas un peu plus. Tout ce qui l’entoure peut le mener à sa perte, c’est un fait, quand on est roi. Il ruse donc pour assurer pleinement son empire. Quoi de plus normal à Wonderland…

Ténèbres.

Il a ce visage aux traits doux dont on ne retient que le regard perçant. Il ne parle que peu et lentement, avec un vocabulaire correct et soigné. Il a cet aura sombre que les hommes craignent. Il répand autour de lui l’image qu’on respecte. La droiture de ses mouvements n’a d’égale que le perfectionnisme du fin caractère imposant qu’il aiguise avec grâce et force. Dans les couloirs, on ne l’entend pas. Il est comme une ombre qui passe, silencieux, discret et qui se dissipe la nuit. Son esprit est noir, et taché de sang, rouge comme son nom.




Il était une fois...




La naissance de l’enfant pourpre :  


     Notre Roi est né lors d’un aurore polaire rouge, durant un hiver rude il y a de cela quelques dizaines d’années, peut-être plus. C’était une nuit glacial, quand on entendit le cri strident d’une femme percer à travers le ciel et monter jusqu’aux étoiles. Il n’y eu dès lors que la chaleur du sang qui se répandit sur le sol, pour faire fondre la glace. Les feux étaient éteint, la braise se faisait silencieuse, les escarbilles ne volait plus. Il y eu comme une pause, un long soupire, où le temps se mit à stagner. Un deuil pour une naissance.

Le roi rouge a grandi avec sa famille, à Ethernia, là où désormais il y a no men’s land, et où les têtes que la femme de notre roi a faite arracher résident les unes sur les autres, entassées. A l’époque, on ne le connaissait pas sous le nom de RedKing. Cependant, certains l’appelaient déjà l’enfant Rubis, car ses yeux étincelaient parmi l’ombre de la mort qui trônait durant la guerre. Chaque fois que le givre se présentait, le jeune homme enfilait sa cape vermillon, ses gants velours et son chapeau feutré, et sortait déposer des roses pourpre sur la tombe de sa mère. Il vivait avec sa grande sœur, Liliane, qui parfois l’accompagnait, mais le noble maitre à surtout grandit entouré des serviteurs de sa demeure. Je ne voyais son père que rarement. Il venait, parfois, la nuit.
Le quotidien de notre prince lui, consistait à passer entre les corps désarticulés et des restes des combats, sans ne jamais élever la voix. « Rubis, tu es si sage, si précieux. Ta mère est fière de toi, j’en suis sûre. Tu es ce qui me reste d’elle ici, tu es le sang de son sang, l’héritier de son nom et de sa vie »  Disait sa nourrice devant moi. Elle mentionnait souvent la raison pour laquelle notre souverain avait acquis son vrai prénom, qui était celui de sa mère. Elle était morte en l’ayant mis au monde, elle lui avait donné la vie, en lui laissant la sienne. Avant les serviteurs du palais, c’était Anriette, la nourrice qui s’occupait de lui devant moi, le matin. Elle parlait beaucoup, le prince ne disait rien. Plus tard, elle ne revint plus jamais. Il y avait aussi la bonne et le cuisinier, qui parfois, venaient rendre nous rendre visite. Il n’a jamais mentionné le reste. Notre seigneur n’a gardé que moi, de son passé. Ni ce qu’il faisait, ni comment est-il devenu ce qu’il est, ni même son véritable prénom.

Il a vite grandi, si peu changé au fond. J’ai fini par me retrouver là, dans ce palais rouge. Peu à peu la mémoire s’effaçait, le passé n’avait plus d’importance, mais ses buts, eux, étaient primordiaux. Qui sait ce qu’il se passait vraiment dans l’esprit de notre maitre. Je ne voyais que la barrière de son regard puissant, et ait aperçu quelques mirages de ses abandons. Comme la reine blanche, qu’il épousa comme vous le savez. Il y avait beaucoup de monde ce jour-là, un lapin blanc en costume qui regardait souvent sa montre, est passé voir notre souverain, avant le mariage. Ils semblaient bien s’entendre, mais je ne le vois plus vraiment ces temps-ci, l’auriez-vous aperçu ?...

Le roi rouge, rouge comme le sang, comme la passion, comme la douleur, elle révèle l’ardeur, la profondeur de l’ambiguïté de la personnalité qu’il a héritée. Cette couleur parle d’elle-même, elle est sucrée et envoutante comme le parfum d’un fruit qu’on ne doit cueillir, pleine de sentiments et de paradoxes comme un rêve plus intense que Wonderland lui-même. RedKing a sa place ici, bien plus que vous. Bien trop. Alors, ne vous plaignez pas de sa personne, ne le jugez pas sur ses actes.
C’est ainsi que plus tard, je n’ai plus croisé la Reine Blanche, mais sa sœur, Snow White. Quoi de plus normal pour un homme si proche du froid que notre majesté. La colombe avait laissé place aux flocons dansants, tombant sur les flots de sang, faisant le pays ainsi refléter la véritable identité de Crimson Spook.

La fin, il n’y en a pas. Pas encore, ce n’est que le début. Vous connaitrez la fin par vous-même, quand vous l’aurez croisé dans les couloirs du palais, si la chance vous souris. Et si c’est le cas, bonne chance à vous.
« Wonderland… n’es-tu que folie sans fin. »






Derrière l'écran


.: Comment êtes-vous arrivés ici? : C’est pas moi, c’est la faute à Alice, elle était à Wonderland.
.:Quelque chose à nous dire?: « I’m a cat. »
.: Avatar : Uchiha Itachi ~ Lily



Dernière édition par RedKing le 15/9/2014, 14:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: RedKing, Roi de Crimson Spook, protecteur du domaine rouge, Majesté du Red Castle.    15/9/2014, 00:38

Voir le profil de l'utilisateur
Red Queen


Messages :
1343
Féminin
Age du personnage :
19 ans
Pouvoirs / Particularités :
Contrôle des ronces empoisonnées et vol de vie.
Origine :
Blanche Neige- Alice in Wonderland
Orientation sexuelle :
Homosexuel
avatar
Snow White
Red Queen
Fufufufu ~ Bon je t'ai déjà dit ce que je pensais de ta fiche, cher époux, et de l'adaptation que tu as fait du prédéfini, du coup je te valide! \o/ J'ai hâte de voir ce que le personnage donnera en RP, bon jeu par minou!

Félicitation, ta fiche est validée!

Hell'come, te voilà officiellement membre du forum! Désormais tu ne pourras plus partir.... MUAHAHAHA!
   Maintenant que tu es ici chez toi penses à recenser ton avatar, ton pouvoir et ton personnage, si ton personnage est inspiré d'un personnage de fiction ou ayant existé. Aussi, tu pourras demander une maison, ou encore chercher des copains pour RP.
   Et puis c'est tout, j'espère que tu te plairas parmi nous, n'hésites pas à voter sur les top-sites et à nous faire de la pub autour de toi!



“I felt like an animal, and animals don’t know sin, do they?”
Revenir en haut Aller en bas
 

RedKing, Roi de Crimson Spook, protecteur du domaine rouge, Majesté du Red Castle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Rapport 1500pts] Chaos de Dan VS Crimson Fists de Tarkand
» Dragan Tiril [Seigneur Protecteur d'Ardamir]
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand
» Le Domaine de Saladdin
» Tarkand's Crimson Fists, Orks & Reikland Reavers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of madness :: Through the looking glass :: Et toi, t'es qui? :: Présentations en cours :: Présentations terminées-