Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]   5/4/2015, 20:28

Voir le profil de l'utilisateur
Stratège des Ombres


Messages :
87
Masculin
Age du personnage :
19 ans apparent
Pouvoirs / Particularités :
Particularités phoenixiennes / Clairvoyance
Origine :
Mythe d'Icare
Orientation sexuelle :
Minosexuelle ♥
Habitation :
Cîme d'Onyx
Fiche de personnage :
http://image.noelshack.com/fichiers/2015/14/1428248133-katarina.png
avatar
Icare
Stratège des Ombres
Icare ☀ Rise to power

Même les chutes sont des hauts faits
.: Nom civil: Angélique « Ariane » Arkana
.: Age : 19 années apparentes
.: Existe à Wonderland depuis : Qui sait? Ça n'est pas elle qui vous le dira
.: Orientation sexuelle : Homosexuelle
.: Groupe : Nain-Crevables
.: Race : Déjan'thé tirée d'un livre
.: Origine : Le mythe d'Icare
.: Fonction : Commandante des Léviathans
.: Âme : En possession de l'Ombre
.: Particularité : Clairvoyance
.: Pouvoir : Pouvoirs du phénix
.: Classe sociale : Berserkers
.: Participant au Game of Madness : Oh oui !

Voulez vous connaître la logique d'une contradiction?


UC

Et le diable sourit, vêtu de ses habits de lumière

Les yeux sont les miroirs de l'âme, certes, mais y avez vous déjà accordé tant d'importance ?
 
Plongez un instant votre regard dans ces iris à la couleur de l’océan, ces prunelles noires entourées de deux lacs glacés qui semblent transpercer votre âme tandis qu’elle vous regarde avec toute sa froideur et son arrogance, eux qui semblent décrypter chacun de vos mouvements, analyser jusqu’au plus profond de votre être pour en extirper vos faiblesses, vos points faibles, tout ce qui lui serait utile pour vous faire souffrir, pour vous forcer à vous mettre à genoux tandis qu’elle vous vous rendra votre regard implorant par un grand éclat de rire jubilatoire, teinté de cruauté, comme si regarder ces insectes rampants dans les rues de sa ville n’était rien de plus qu’un divertissement délectable.
 
Ses longs cheveux non pas roux, mais aussi éclatants que le soleil qui lui valut sa mort, encadrent son visage à la mâchoire fine, ses lèvres purpurines et ourlées finement ciselées, constamment étirées en un discret sourire à la fois amusé, innocent et glacial, qui n'atteindra jamais ses yeux, au-dessous desquels trône un nez régalien fin et droit, encadré par des joues bien formées et dénuées de la moindre imperfection et des pommettes hautes, démontrant clairement que l'ancien jeune homme dispose de tout le charisme et l’élégance qui sied à une véritable muse grecque.
 
Sa peau hâlée, légèrement brillante comme si elle était couverte d'une pellicule d'eau, met en valeur la profondeur de ses iris azurés et clairs au point d'en être effrayants, tout en soulignant ses formes sveltes et ses courbes opulentes et bien dessinées, contrastant avec sa taille qui paraîtrait trop mince aux premiers abords, ses bras en mouvement perpétuel lui donnant un air perpétuellement joueur, candide ou curieux selon l'instant, ses jambes toujours droites pour lui faire gagner quelques précieux centimètres et son sourire adorable qui ne quitte pas ses lèvres tandis qu'elle vous observe comme une enfant … ou un oiseau de proie. Malgré ce physique on ne peut plus humain, et même  assez agréable à regarder, de nombreux points viennent ternir ce délicat tableau. Les saphirs qui luisent au fond de ses yeux sont constamment entourés d'une trace sombre, comme sous l'effet d'un fard à paupière … ou d'une brûlure persistante, et un tic malheureux vient accentuer son côté ingénue, la jeune femme humidifiant continuellement ses lèvres asséchées avec sa petite langue rosée, un geste qu'elle a répété tant de fois qu'elle ne s'en rend même plus compte.
 
Ses vêtements, quant à eux, sont habilement choisis pour mettre en valeur son teint de peau bronzé, ils sont toujours à moitié déchirés, dans des tons clairs ou pastels en passant par l'auburn, et étudiés pour mettre en avant sa prestance et son aspect corporel … disons, avantageux. Ils semblent mouler son corps alors qu'elle se déplace avec toute la grâce que lui confère le beau sexe, le menton levé en une démarche fière et altière, féminine dont émane puissance et royauté, écrasant de sa présence les plébéiens et les mendiants  qui  ont le dilemme de s’agenouiller pour implorer sa clémence, ou alors de s’enfuir au risque de rentrer dans son Jeu.


Il était une fois... en Grèce Antique

Où ais je grandi? Parmi les inventions de mon paternel. Je sais, on a connu pire comme enfance, mon père me passait pas à tabac, et au final, je m'amusais  plutôt bien : Il avait toujours de bonnes idées et de nouvelles machines à créer : Des trucs qui volaient, des trucs qui roulaient, des trucs qui permettaient à une reine de se faire enfiler par un taureau.

Je crois bien que c'est à partir de là que ma vie à commencé à prendre un très mauvais tournant.

Parce que voir sa femme se faire prendre comme une vachette par un taureau, ca a de quoi énerver son monde, surtout lorsque « son monde », cest le roi de Crète qui devait très certainement jalouser les attributs masculins de l'animal. Parce que non content de tromper son mari avec une bestiole à quatre pattes, son épouse en tomba enceinte, d'un joli hybride appelé le Minotaure.
Qui est ce qui l'a appelé comme ça ? Certainement pas son père, vous me direz.

Faut croire que sa maman l'aimait pas, pauvre petite chose … j'aurais bien aimé lui faire un câlin moi, mais … Papa avait une autre idée derrière la tête. Après avoir aidé la Reine, le voilà qui vole au secours du Roi, sur le papier j'étais plutôt d'accord, il valait toujours mieux avoir les deux dans sa poche, mais enfermer un bébé, aussi étrange soit il, parfaitement innocent dans un Labyrinthe, et ce dès sa naissance, je dois avouer que cette simple idée m'écoeurait. Je ne comprenais pas que mon père puisse être l'investigateur d'un plan aussi abject … J'étais encore candide à cette époque.

Mais je m'en voulais, au fond de mon petit cœur tout rose, de n'avoir rien fait pour l'en empêcher. Ses rugissements s'élevaient au-dessus des hautes murailles et son ombre terrifiante arpentait sans fin les méandres de son vaste enclos. Et plus tard, j'appris que pour calmer ses accès déchirants de rage, le vieux roi devait lui livrer de la chair humaine. Mais puisqu'il ne pouvait sacrifier ses citoyens, appelez ça l’éthique professionnelle il ordonna aux Athéniens de lui livrer sept jeunes hommes et autant de jeunes filles afin de les donner en pâture au Minotaure. Quoi de mieux qu'un petit service entre voisins après tout ? Les jeunes gens qui avaient eu écho de cette effrayante bête, pénétrèrent apeurés dans le labyrinthe, et ils se faisaient manger. Faim … Ou plutot, faim. Après coup je compris vaguement que papa avait aidé un héros à sortir vivant du labyrinthe et … Bam.

Coincé dedans à mon tour, et avec le paternel en prime. BRAVO LES IDEES DU VIOQUE, VOILA CE QUE CA FAIT DE JOUER LES SAMARITAINS, ON FINI DANS LA MERDE APRES.

Le vieux était au désespoir,  il avait tellement bossé sur son dédale qu'il savait très bien qu'on pourrait jamais s'en sortir sans un BON stratagème. Le voila qui regrettait, tout à coup, mais il pensait au pauvre minotaure qui avait rien de mieux à foutre que d'y marcher tout le temps, et qui n'avait peut être pas envie de manger QUE de la chair fraiche a longueur de temps ? Nan ? Connard d'égoïste. Mauvais foi ? Ouais, sans doute, je l'étais aussi, mais moi je m'en foutais, je voulais juste sortir d'ici. Mais il fallait regarder la vérité en face : il n'y avait aucune chance de trouver l'issue terrestre du tortueux labyrinthe, certes, mais alors, comment faire ? Je ne savais pas si la réponse lui avait été induite par un piaf qui lui avait déposé un joli présent sur le haut de son crâne chauve, mais l'idée lui est venue d'un coup d'un seul :  la voie des airs, elle, s'offrait à nous dans toute son étendue ! Génial, youhou ! SAUF QU'ON SAIT PAS VOLER CRETIN.

Deux ex machina : il avait avec lui de la cire (Me demandez pas pourquoi, j'en ai aucune idée, je ne suis pas son père) et n'eut pas de mal à se procurer des plumes … Et à bouffer pour une semaine. Il se mit donc à confectionner pour lui et moi de majestueuses ailes assez résistantes pour les soulever de terre (Faut dire qu'avec le régime piaf, on était assez proche du poids d'une gamine anorexique). Après les avoir fixées sur mon dos il prit mon visage entre ses mains et me dit d'une voix suave: « Mon fils, écoute les sages conseils de ton père afin de mener au mieux notre évasion. Lorsque tu seras transporté par les airs, surtout ne t'avise pas de prendre trop d'altitude, la chaleur du Soleil risquerait de te brûler les ailes. De même, ne t'approche pas trop de l'océan et de ses hautes vagues qui pourraient t'ensevelir. »

Un clignement d'oeil et un « Euh … ok ? » plus tard, nous voilà parti.

Bon, je vais pas vous mentir, j'étais assez content : Qui n'avait jamais rêvé de voler, hein ? Toi le petit gros dans le fond ? Ouais mais ça je m'en doutais un peu, vois tu. Enfin bref, on s'elanca hors du labyrinthe et atteignit le ciel grâce à nos ailes amples et légères. Porté par le vent, je me laissais envahir par le plaisir de sentir la brise me bercer, un peu la même sensation qu'une amphore de bon vin. On volait ainsi un long moment, surplombant les sublimes paysages de la Grèce, mais … c'est à ce moment que j'ai UN PEU déconné. Grisé par le goût de la liberté( le même que celui du vin, rappelez vous), je m'étais mis un autre objectif en tête. Le char d'Apollon, celui qui tirait le soleil, les pouvoirs d'un Dieu, le statut Divin … Voilà de quoi attirer ma convoitise, de quoi répondre à tous mes désirs. Et a mesure que l'idée germa dans mon esprit, je me rapprochais dangereusement du Soleil et n'entendais pas les cris désespérés de mon pauvre père qui percevait trop bien où risquait de me mener mon imprudence. Je jouissais de ma puissance aérienne et, prenant de plus en plus d'altitude, l'égal des oiseaux, bientôt l'égal des Dieux. Mais, ne résistant pas à l'intense chaleur de l'astre, la cire de mes ailes se mit à fondre, et pour seule récompense de mes ambitions, je plongeais dans le néant.

Et la …

L'impression de tomber et tomber encore, une chute infinie dans des profondeurs abyssales, comme si on m'arrachait de mon monde, de mon univers, puis ...

Je n'avais aucune idée de l'endroit où j'étais. Seul me faisait face deux hommes, donc un m'aiguillant d'un sourire mauvais, qui tenait un livre à l'aspect  ancien dans ses mains. Cet endroit ne me disait rien, et à vrai dire, mon corps lui même me semblait inconnu. D'où provenaient ses hanches pleines, cette poitrine gonflée ? Je n'en avais pas la moindre piste, et le vieil homme ne semblait pas propice à me donner des réponses, bien au contraire : sans même m'accorder d'avantage d'attention, il m’emmena au royaume de l’Ombre, profitant sans doute de mon état, encore sonné que j'étais. Mon âme prise peu de temps après qu'on m' ait expliqué que l'on m'avait sortie d'un mythe de la Grèce "Antique", on me congédia prestement, et je me mis à errer dans les bas fonds, à l'écoute, fouillant dans les poubelles et assassinant les autres nécessiteux pour subvenir à mes besoins. J'avais laissé ma conscience sur Terre, ici, seul importait la survie, MA survie. Et lorsque j'ouïs l'existence de l'épreuve du Slaughter, je n'attendis pas plus de temps pour me présenter dans l'arène, prête à faire couler un sang qui n'était pas le mien.

La clameur des affrontements, le bruit des épées qui s'entrechoquaient … Tout ça je m'en foutais un peu. Je n'étais pas idiote, je me doutais bien que je n'avais aucune chance contre des guerriers accomplis en armure de métal, pas après quelques jours passés ici. Ma seule chance de survie consistait à me faire la plus petite possible, attendre que chacun des combattants soit à bout de force, et achever le vainqueur sans plus de cérémonie. Mais comment faire dans un espace aussi restreint ?

J'aurais pu perdre espoir, mais les guerriers en quête de gloire préféraient attaquer d'autres balourds en armure plutôt qu'une frêle jeune femme qui s'occupait de ses adversaires les plus isolés les uns après les autres. Ce qui arrangeait bien mes affaires … jusqu'à la fin.
Le dernier des hommes d'armes se dirigeait vers moi, épée en avant, un large sourire mauvais aux lèvres, ses yeux brillaient des cruautés qu'il revait de m'infliger. Oh, je n'en doutais pas un seul instant. Ici j'aurais sans doute pu mourir, d'une manière atroce et stupide … Comme je le méritais.

Mais au moment où la lame meurtrière allait annoncer la fin de la partie, un flash rougeoyant vint illuminer l'arène, aveuglant un court instant le véloce barbare, éblouit par les excroissances enflammées qui sortait désormais de mon dos. Dans d'autres circonstances, j'aurais pris le temps de m'interroger, mais en ce moment, seul m'importait la victoire. La lame de mon coutelas se leva, décrivit un arc brusque, et la vie du gladiateur s'acheva dans une gerbe de sang avant que son corps ne retourne à la cendre.

Une victoire gagnée par la ruse, certes, mais qui me valut ma place au sein des berzerkers.

A ceux qui narguèrent que j'avais gagné par lâcheté, je proposais un duel, et en sortait victorieuse à chaque fois. Je n'avais pas la force primaire et bestiale des combattants, ce que je n'avais pas en puissance brute, je le compensais par la finesse, par les flammes de ma forme phénixienne, ou par un quelconque stratagème, m'adaptant à chaque tête à tête avec la mort.  Et l'adage disant bien qu'au pays des aveugles, les borgnes étaient rois, mes faits d'armes,  rendus si impressionnants par une rouerie qui semblait inexistante dans ces contrées, ne laissèrent pas indifférent l'Ombre, maître des lieux et de mon âme, qui me proposa une place à ses côtés, en tant que stratège de sa gigantesque armée.

L'idée me semblait alléchante, bien éloignée de mes anciens desseins divins, mais à mon échelle, je n'avais guère mieux à me mettre sous la dent … Mieux valait attendre en arrière, commander dans le secret le plus total, le temps de faire la rencontre d'un destin qui s'annonçait grandiose.

Mais lors de mon arrivée à la Cime d'Onyx, lorsque ma première vision à mon accueil fut celle du vieil homme qui m'avait amené dans ce monde en me privant du repos eternel, se présentant comme mon supérieur hiérarchique, une place sans doute acquise grâce à la corruption, le don de mon âme, et sans doute celles de nombreux autres, je ne pris que quelques secondes pour prendre ma décision.

Un soir où toute la tour semblait endormie, où, le ciel couvert de sombres nuages ne laissaient qu'à grand peine la lune envoyer de paresseux rayons sur le monde, et que seules deux âmes erraient dans la grande pièce où se rassemblaient ceux qui coordonnaient les mouvements de l'armée de l'Ombre, une plus discrète que le dirigeant de Neverland vint s'approcher du Maître-Stratège, d'une démarche féline, sûre d'elle, un sourire bien trop candide sur mes lèvres rouge pâle pour être causé par la curiosité et l'honnêteté.

« Maître, pourriez vous venir quelques minutes, j'ai ... terriblement besoin de votre aide. »


D'une voix sensuelle, soutenue par une pose lascive qui se mélangeait avec l'innocence que je savais exsuder, je lui soufflais ces quelques mots qui firent baisser leur garde au vieil homme bien trop impatient d'obéir à l'instinct primal viscéral, propre aux êtres de chair. Je l'attirais, telle une plante carnivore, dans mes nouveaux appartements, et à l'instant même où la porte de bois vint claquer et mettre fin au silence qui régnait dans la pièce, ma lame se planta dans la porte en tranchant la carotide à vif de feu le tacticien, lançant un dernier regard à son visage figé dans un air concupiscent qui tremblotait à présent dans un concert de gémissements et de gargouillements presque inaudible, qui durèrent quelques instants avant de se taire à jamais.

Ce n'est qu'au petit matin que l'Ombre me reçue en audience. Nul besoin de mots, la vue de mon visage rougi par le sang valait tous les discours, et la tête tranchée de celui qui m'avait offert ma place,  que je tendais à présent vers lui était le meilleur argument du monde.

Et depuis, la sénéchal de l'armée de Neverland attend patiemment son heure, prête à sortir de l'ombre lorsque l'occasion se présentera de prendre la place qui lui est due, celle de Reine de Neverland


Derrière l'écran

.: Comment êtes-vous arrivés ici? : J'ai vu de la lumière et ... (C'est Deady)
.: Quelque chose à nous dire? : Je vous laisse me fouetter, mais uniquement avec elle '-'
.: Avatar : Un OC de Asuka111 (Merci chou)
.: Rang désiré : Stratège des Ombres



Dernière édition par Icare le 26/11/2015, 16:23, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]   7/4/2015, 15:54

Voir le profil de l'utilisateur
Général des Witchers


Messages :
25
avatar
Moon
Général des Witchers
J'adore la fiche ! Je laisse le soin à la chef pour les correc' mais perso je kiffe !

*espère se réserver une place pour un RP* o/


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]   7/4/2015, 18:39

Voir le profil de l'utilisateur
Stratège des Ombres


Messages :
87
Masculin
Age du personnage :
19 ans apparent
Pouvoirs / Particularités :
Particularités phoenixiennes / Clairvoyance
Origine :
Mythe d'Icare
Orientation sexuelle :
Minosexuelle ♥
Habitation :
Cîme d'Onyx
Fiche de personnage :
http://image.noelshack.com/fichiers/2015/14/1428248133-katarina.png
avatar
Icare
Stratège des Ombres
Merci beaucoup ! o/

(Et quand tu veux, huhu !)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]   7/4/2015, 19:41

Voir le profil de l'utilisateur
Rumplestiltskin, what else?


Messages :
30
avatar
Rumplestiltskin
Rumplestiltskin, what else?
J'ai masse idées, on se MP une fois que tu es validé? =)


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]   7/4/2015, 19:53

Voir le profil de l'utilisateur
Stratège des Ombres


Messages :
87
Masculin
Age du personnage :
19 ans apparent
Pouvoirs / Particularités :
Particularités phoenixiennes / Clairvoyance
Origine :
Mythe d'Icare
Orientation sexuelle :
Minosexuelle ♥
Habitation :
Cîme d'Onyx
Fiche de personnage :
http://image.noelshack.com/fichiers/2015/14/1428248133-katarina.png
avatar
Icare
Stratège des Ombres
Ca marche, avec plaisir ! \o/ (Pile au moment où j'ai beaucoup de temps et beaucoup d'inspi \o/)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]   8/4/2015, 15:36

Voir le profil de l'utilisateur
AMMA ROBOT UNIKOЯN!


Messages :
100
avatar
GLaDOS
AMMA ROBOT UNIKOЯN!
Fufufu ~ Alors c'est une très jolie fiche, toujours bien écrite et agréable à lire puis Icare est chou =w= Par contre il y a quelques incohérences avec l'univers, je vais donc te demander des petites modifications o/

En fait, la principale incohérence est celle de son arrivée à Wonderland. Déjà, c'est un déjan'thé issu d'un livre si j'ai tout suivit. Ca serait bien de le préciser quelque part dans ton histoire ou au moins dans la partie "race" du formulaire. Et du coup on en arrive au second point, les déjan'thés sont extraits des livres par l'Auteur et non pas par les passeurs. Du coup ton personnage ne peut avoir suivit le lapin blanc. Par contre un habitant de Nain-Vert-Land aurait très bien pu demander à l'auteur d'extraire Icare du livre et la ramener au royaume, offrant une nouvelle âme à l'Ombre en échange d'un grade ou autre. Enfin, ça n'est qu'un exemple.

Et j'ai une dernière question, en fait comme on est en pleine màj il y a quelques petites choses qui vont changer, notamment l'organisation des statèges. Il y aura donc un maître stratège, des stratèges normaux et des apprentis. Du coup pourrais tu me dire à quel poste tu verrais Icare? (Sachant que si tu veux être maître stratège il faudra expliquer comment elle est arrivée à ce poste et donc rajouter une explication dans ton histoire)

Voilà voilà /o/ Bon courage pour les modifications!


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]   8/4/2015, 17:36

Voir le profil de l'utilisateur
Stratège des Ombres


Messages :
87
Masculin
Age du personnage :
19 ans apparent
Pouvoirs / Particularités :
Particularités phoenixiennes / Clairvoyance
Origine :
Mythe d'Icare
Orientation sexuelle :
Minosexuelle ♥
Habitation :
Cîme d'Onyx
Fiche de personnage :
http://image.noelshack.com/fichiers/2015/14/1428248133-katarina.png
avatar
Icare
Stratège des Ombres
Voilà, je crois que les incohérences ont été corrigées, si il en reste encore, désolé ;w;

J'ai modifié l'histoire pour le rôle de maître stratège (Je la voyais bien là avec son arrogance et son ambition démesurée), mais si ça fait trop, j'en fais une simple stratège comme les autres, no souci ^^

En tout cas, merci beaucoup ! \o/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]   8/4/2015, 17:45

Voir le profil de l'utilisateur
AMMA ROBOT UNIKOЯN!


Messages :
100
avatar
GLaDOS
AMMA ROBOT UNIKOЯN!
Non c'est nickel! o/ Merci pour ces modifications, te voilà validé du coup! Bon jeu avec ce nouveau perso ;P



Tu es validé!

Hell'come, te voilà officiellement membre du forum! Désormais tu ne pourras plus partir.... MUAHAHAHA!
Maintenant que tu es ici chez toi penses à recenser ton avatar et ton personnage, ton pouvoir. Aussi, tu pourras demander une maison, ou encore chercher des copains pour RP.
Et puis c'est tout, j'espère que tu te plairas parmi nous, n'hésites pas à voter sur les top-sites et à nous faire de la pub autour de toi!


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]   8/4/2015, 18:11

Voir le profil de l'utilisateur
Stratège des Ombres


Messages :
87
Masculin
Age du personnage :
19 ans apparent
Pouvoirs / Particularités :
Particularités phoenixiennes / Clairvoyance
Origine :
Mythe d'Icare
Orientation sexuelle :
Minosexuelle ♥
Habitation :
Cîme d'Onyx
Fiche de personnage :
http://image.noelshack.com/fichiers/2015/14/1428248133-katarina.png
avatar
Icare
Stratège des Ombres
Merci beaucoup o/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]   



Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Ils devront marcher sur mes cendres, pour autant que brûlée je meurs || Icare [FINIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Passer du temps, dans pour autant se connaître. [Warren]
» Tu m'énerves !!! Mais, je ne te hais pas pour autant...[Renji]
» Patte Chocolatée ~ " Un jour on devient grand, mais on n'arrête pas de rigoler pour autant."
» (lexi) je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part.
» « Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part.» Elea

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of madness :: Through the looking glass :: Et toi, t'es qui? :: Présentations en cours :: Présentations terminées-