Et nous serons heureux ! E ! R ! E !




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Et nous serons heureux ! E ! R ! E !   28/6/2015, 13:43

Voir le profil de l'utilisateur
En chêne et en Bios !


Messages :
374
Age du personnage :
attardé.
Pouvoirs / Particularités :
Nez qui s'allonge en cas de mensonge, oreille d'âne si mauvaise action.
Origine :
Pinocchio
Orientation sexuelle :
Très mauvais sens de l'orientation, ça oui.
Habitation :
Dans le bordel de Papa-Shery ♥
avatar
Pinocchio
En chêne et en Bios !
Heureux les simples d'esprits, comme dit la citation.

Et Pinocchio, dans la catégorie simple d'esprit et stupide, elle se pose . De fait, on pourrait alors l'imaginer super heureuse. Surtout si la joie est inhérente à la stupidité : Pinocchio serait championne, toute catégorie confondu de l'heurosité. Et souvent, elle l'est. Elle aborde ce sourire niais et bien heureux qui donne envie à tout être un tantinet normal de la prendre par les épaules, la secouer comme un prunier en hurlant « arrête d'être heureuse, bordel ! » et là, Pino rigolera en disant que « hihi, c'était amusant ! Un autre câlin, s'il te plait ! ».
Et pourtant. Pourtant, quand le train passe une nouvelle fois dans les ruines du vieil Wonderland, quelque chose de bizarre se passe en elle. Son sourire s'efface. Elle regarde avec sérieux le paysage dévasté qu'elle voit à travers un filtre rose-bonbon de ''tout est super''. Mais il y a ce petit engrenage dans sa tête qui donne au bonbon un goût amer. Un petit engrenage tordu que même les doigts de fée de Papa Shery ne peuvent remettre bien droit. Elle veut comprendre, elle veut savoir. Pourquoi ce lieu lui fait un peu peur ? Pourquoi elle regarde les autres comme s'ils pouvaient lui faire du mal ?

Pourquoi le rose bonbon semble pourrir ? Deux plus deux, Pinocchio?

Alors elle s'est élancée. Elle a ouvert l'une des fenêtres du train, tandis qu'il marquait un arrêt, et s'est faufilée sans être vue. Pour une fois, elle n'a pas fait exprès et ça a marché. Pour une fois sa touffe de cheveux feuilles, aujourd'hui attachés en une longue tresse, est parvenue à passer inaperçu. Elle n'en a pas parlé à Papa Shery. Quelque part, elle pense qu'il aurait dit non. Sans doute que pour une fois, elle fut un peu moins idiote que d'habitude. Peut-être que c'est ça qui la rend moins heureuse que d'habitude : elle a eut des soupçons fou d'intelligence et avec eux, la nostalgie s'invite.

Pinocchio se promène donc dans la ville, regardant les maisons, observant les fenêtres grises de poussières. Elle se demande pourquoi le soleil ne balaye plus les lieux. Elle se demande pourquoi cette maison lui dit quelque chose, ou si ça lui dit vraiment quelque chose. Ha. Ha ? C'est bizarre-bizarre.
C'est étrange les souvenirs. Comme une image fugace qui s'imprime et qui disparaît ou reste, sans qu'aucune logique ne dicte ce devenir. Rien n'est vraiment resté dans la petite tête de bois de Pinocchio, ou tout juste quelques images comme des photos brûlées qui, quand elle regarde, lui évoque quelque chose. Ce sont les même images quand elle ferment les yeux et que tout le monde dort. Même papa Shery dort, de temps en temps et là, elle est vraiment seule. Elle, elle ferme les yeux, elle attend. Le sommeil ne vient alors pas, jamais. Juste des images et une peur parfois insidieuse.

C'est ce même malaise qui la fait progresser lentement, à l’affût de bruit et de son. Or, la vielle Wonderland n'est pas tranquille. Pour une fois, le rose-bonbon de ses yeux voit du vert sale et quand elle entend un bruit, elle panique. Elle qui serait aller vers le bruit, se demandant quelle créature mignonne avait fait du bruit, pour une fois, elle détalle. Elle a Raison, Pinocchio, elle n'a rien pour se défendre, mais hey, pour une fois, c'était pas grand-chose, tout juste un rat qui fuira par le vacarme qu'elle fera la première fois qu'elle tombera. Pinocchio n'a pas d'équilibre. Un défaut de conception qu'elle ressent tout les trois pas quand elle s'étale par terre. Mais elle se relève et court sans s'arrêter, loin du danger qu'elle imagine, de la terrible question deux plus deux?, loin de la sécurité du train, aussi.

Quand elle arrête de courir, après être tombé une autre fois, elle regarde, perdue, les maisons dégradée autour d'elle. Sa voix est chevrotante tandis qu'elle tente de se convaincre : « c'est-c'est-c'est joliiiii... » Elle n'y croit pas trop. Elle va au pied d'une maison et s'assoit sur ce qui fut, Jadis, un bac à fleur. Elle se met en boule, rapprochant ses genoux contre sa poitrine. Et là, elle chante.

« C'est Gypsi l'araignée… ♫la la… raignée...♪ »

Encore un peu de courage et tout sera joli de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et nous serons heureux ! E ! R ! E !   25/7/2015, 01:11

Voir le profil de l'utilisateur
Blue fluffly unicorn dancing on rainbow ♪♫


Messages :
48
Féminin
Age du personnage :
Mystère.
Pouvoirs / Particularités :
Transformation en truc bleu à poils tout doux qui vous aide si vous êtes perdu et qui exauce les voeux. S'illumine. Peut aussi changer son âge à volonté.
Origine :
Mème Internet. Fluffle Puff et Maru the cat. Etoile du berger & croyances sur les étoiles filantes etc..
Orientation sexuelle :
Bisexuelle à tendance homosexuelle.
Habitation :
Mystère.
avatar
Fluffle R. Puff
Blue fluffly unicorn dancing on rainbow ♪♫
arc en ciel swaggy

  Gypsi tombe par terre !



  Fluffle c'est comme une grosse peluche bleue. Et la grosse peluche bleue, les souterrains avec tous ces tuyaux et ces ruines c'était comme son terrain de jeu. Oh, pour sûr, elle n'a absolument rien d'effrayant comparé à certaines créatures qu'on peut trouver dans les parrages sauf peut être lorsqu'elle fait ses yeux blancs et la bouche qui bleubleute. Ça c'était clairement dans l'ambiance, elle pouvait sans doute passer inaperçu. C'était d'ailleurs son costume d'halloween préféré mais passons. Ce n'est pas le sujet.


Un immense terrain de jeu donc. Raines faisait parti de ces personnes qui s'amusent à provoquer des frayeurs folles aux gens. La plaisanterie ne durait jamais bien longtemps cela dit. Elle provoquait l'angoisse, le stress puis surgissait tout d'un coup en criant en agitant les bras ou en mettant sa tête et ses grands yeux devant le nez de sa victime. C'est très rigolo et comme cet endroit en particulier était tout à fait propice à ce genre de farces, elle y trainait assez souvent en définitive. Bien sûre, il n'y avait pas foule et dans ces moments là, elle occupait sa journée en ... Et bien en visitant tout simplement. La jeune fille (ou vieille selon les cas) était curieuse de tout et de rien et aimait bien grimper un peu partout. Par contre, il fallait avouer que la non-présence des étoiles ne la rassurait pas forcément. Ça pouvait même lui faire peur parfois alors pour se donner du courage, elle se transformait. C'était moins pratique pour escalader tout et n'importe quoi mais tant pis, on se donnait du courage en sautillant et c'était justement ce que Fluffle faisait en ce moment même. Sa fourrure bleu scintillait entre les débris et les champignons. Plus elle s'enfonçait dans les souterrains, plus elle ralentissait l'allure en regardant tout autour d'elle, se laissant parfois distraire par des insectes et autres rampants velus et puis.

Comme un sniper venant de locker sa cible, les yeux de Raines se bloquèrent d'un coup sur une touffe de chev... Bon ok c'est pas crédible. Ce qui l'a fait se retourner, c'est plutôt le son léger mais inquiétant que la fillette, nouvelle au décors, créait en marchant à quelques mètres du poney qui était dans un des bâtiments. Elle se cassait la margoulette à peu près tous les trois pas, autant vous dire que c'était une proie facile pour les créatures environnantes. Est ce qu'elle s'était perdue ? Si tel était le cas, Fluffle pouvait l'aider. L'aider oui. Mais ça, c'était après lui avoir fait peur bien sûre !

Discrètement, la bleue se retransforma en forme humaine, prenant l'apparence enfantine qu'elle affectionnait tant et, avec l'agilité dont l'avait doté son père, elle se mis à suivre le pantin à travers les carreaux sales des maisons. Il semblait avoir peur, il n'avait pas l'air rassuré... TANT MIEUX ! Une aubaine pour foutre la frousse ! Lorsque sa petite victime se posa enfin, Raines escalada la façade de la maison -zut, ça grinçait un peu. - et grimpa sur le toit, juste au dessus de l'innocente, vers la terrasse.

« C'est Gypsi l'araignée… ♫ la la… raignée... ♪ »

C'est à ce moment précis que la longue tignasse bleue surgit, tête à l'envers, presque juste devant la chanteuse en position fœtale. Dommage qu'elle soit muette, accompagné d'un « BOUUUUH ! » cela aurait été magistrale ! Mais non, elle resta simplement là, pendue au toit à observer la réaction de sa vis-à-vis avec un rire silencieux.

-CRAC-

*crac ?*

-BOUM-

Sans bruit, dans un nuage de fumée, la bleutée se frotta le dos en pestant contre ce foutu bois pourri. Aïe. Elle avait de la terre plein les cheveux et le visage et surtout suuurtout, deux ou trois échardes quelque part dans les mains. Ah ça, elle l'avait bien mérité cette chipie. C'est ce qu'on appelle l'arroseur arrosé.
La jeune fille se redressa face à sa comparse et commença à signer, demandant si l'autre allait bien. C'est que... Un sacré nuage de poussières c'était soulevé.


CLYDE



Raines signe en #99ccff.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et nous serons heureux ! E ! R ! E !   29/7/2015, 14:28

Voir le profil de l'utilisateur
En chêne et en Bios !


Messages :
374
Age du personnage :
attardé.
Pouvoirs / Particularités :
Nez qui s'allonge en cas de mensonge, oreille d'âne si mauvaise action.
Origine :
Pinocchio
Orientation sexuelle :
Très mauvais sens de l'orientation, ça oui.
Habitation :
Dans le bordel de Papa-Shery ♥
avatar
Pinocchio
En chêne et en Bios !
Elle entend un petit bruit. Un grincement. Du courage, du courage ! Un grincement de pas sur le plancher. Le plancher grince souvent. Sous ses pas à lui, il est lourd, lui.Pinocchio fredonne encore plus fort, plus fort ! Il y a des ombres qui se promènent dans sa petite caboche, des instincts qui lui disent que. Que... Mais non. Non ! Quand elle essaye d'y penser, elle ne veut voir qu'un visage doux, à moitié rasé et ce sera parfait. Elle veut que son petit monde soit parfait ! Fredonne, fredonne. Elle agite ses doigts en les croisant, pour mimer l'avancée laborieuse de l'araignée. Laborieux, car avec son manque de dextérité… Faire monter les doigts pour se concentrer sur autre chose que...

BLEU !

Pinocchio ne pourra jamais faire de crise cardiaque. Parce que son cœur est de métal, une mécanique bien rodée, Papa Shery s'en est assuré ! Ce n'est donc pas du côté du coeur que ça flanchera. Tic tac - bien continu.
C'est plutôt du côté de la tête. Aaah, la tête de Pinocchio, c'est quelque chose, hein ? Et bien là, il y a bien trop de chose qui se passent dans sa petite tête. Des images qu'elle ne comprends ni ne veut comprendre. Un décors qui lui est tantôt familier, tantôt inconnu. Une chanson qui veut pas lui revenir. Un amas d'algue bleue -so fluffy !- qui d'un coup, lui obstrue totalement la vision. Une tête à l'envers que ses sens les plus basiques identifient comme ''nan nan, trop pas possible, les tête, c'est à l'endroit !'' Heureux les simples d'esprit ! Pinocchio bug, voir freeze. Elle regarde de ses yeux ronds la jeune fille, la faible lueur d'intelligence se souffle à cause de la brise de surprise qui souffle dans sa tête, ses sourcils se levant de surprise par réflexe et sa bouche s'arrondissant. Elle ne bouge plus non plus, les mains restent en l'air, l'araignée se stoppe.

C'est le célèbre encéphalogramme plat. Il ne lui manque que de la salive pour avoir le filet de salive au coin de la bouche et être dans un état végétatif.

Mais les choses ne s'arrêtent pas là. Car les lois de la gravité et de l’entropie reprennent le dessus, le toit craque et dans un nuage de poussière, ce qui devait être au sol revient au sol. Et Pinocchio se raidit, effrayé par le crac du bois pourris. C'est comme un bruit trop familier qu'il ne faut plus jamais qu'elle entende. Couplé au lieu. Ha ! Haaa ! Ça entre dans la tête !
Elle se met en boule, mains de bois crispée sur les écouteur bleus auxquels elle a dessiné une étoile -c'est plus mignon comme ça- comme pour empêcher une avancer. C'est gagné ! Pinocchio a vraiment peur, peur à en pleurer si elle le pouvait. À la place, elle béguaille.

« Je sais, je sais ! Deux plus deux, deux plus deux-deux-deux, je sais ! » Son nez grandit. Elle sait pas. « Je sais-sais-sais ! »

Tu peux faire les signes que tu veux. Pinocchio regarde pas.

« Je sais-sais-sais... »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et nous serons heureux ! E ! R ! E !   8/8/2015, 22:23

Voir le profil de l'utilisateur
Blue fluffly unicorn dancing on rainbow ♪♫


Messages :
48
Féminin
Age du personnage :
Mystère.
Pouvoirs / Particularités :
Transformation en truc bleu à poils tout doux qui vous aide si vous êtes perdu et qui exauce les voeux. S'illumine. Peut aussi changer son âge à volonté.
Origine :
Mème Internet. Fluffle Puff et Maru the cat. Etoile du berger & croyances sur les étoiles filantes etc..
Orientation sexuelle :
Bisexuelle à tendance homosexuelle.
Habitation :
Mystère.
avatar
Fluffle R. Puff
Blue fluffly unicorn dancing on rainbow ♪♫
arc en ciel swaggy

  Hou la menteuseuh, qui fait sa peureuseuh ♪



  Bon, pour ce qui touchait à la frayeur de sa victime du jour, Fluffle avait au moins 100 points c'était sûr et certain. En général on l'insultait, on tombait à la renverse, on la poursuivait, on la frappait mais on ne "freezait" pas. Une première ! Et puis surtout, on ne l'ignorait pas. Raines était silencieuse mais quand on l'avait en face de soi, on ne pouvait  plus vraiment la rater elle et ses long cheveux bleus scintillant. Ça arrivait hein, mais tout de même.

Fluffle toussait sans bruit, tentant de se dépoussiérer même si le nuage ne cessait de déposer de nouveau des particules. Au bout d'un certain temps, elle remarqua que non, la fille aux drôles de bruits ne lui répondrait pas et qu'elle était bien trop choquée pour ça. Elle s'était même mise à délirer et voilà que son nez commençait à grandir. Raines sursauta, se raidit sur ses jambes et afficha une grimace plutôt rigolote. Son visage disait clairement :

* WHAT THE FUUUUUUUUUUUUUUUCK *

Ça, ce n'était absolument pas normal ! Remarquez que des cheveux qui scintillent, ça n'était pas bien normal non plus mais ne nous attardons pas sur les détails. Secouant la tête comme un poney pouvait s'ébrouer, la jeune bleue remonta des manches invisibles, gonfla ses joues puis, à quatre pattes devant la fillette détraquée fit quelques mouvements de la main devant ses yeux -pokant son nez au passage.

* ... DES ÉTOILES ! *

Alors ça, c'était le pompon. Des cristaux plein les yeux, Fluffle ne voulait plus quitter le casque de sa petite peureuse. Est-ce qu'elle aussi c'était une fille des étoiles ? D'un coup, Raines se mis à la secouer dans tous les sens par les épaules et finit par lui mettre une claque, juste au cas où avec un grand sourire aux lèvres. Aller quoi, réveille toiiiiiiiiiiiiiii. Les planètes du poney te fixent juste devant ton grand nez. Hey dis, il va rester comme ça longtemps ? Ça te fait un visage tout bizarre.
L'Etoile bleue te lâche pour retenter la communication mais elle ne sait toujours pas si tu comprends le langage des signes. Tant pis. Son calepin est beaucoup trop loin.

- Ca va ? J'y suis allée peut être un peu fort. Ton nez il est bizarre.



CLYDE



Raines signe en #99ccff.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et nous serons heureux ! E ! R ! E !   12/8/2015, 00:05

Voir le profil de l'utilisateur
En chêne et en Bios !


Messages :
374
Age du personnage :
attardé.
Pouvoirs / Particularités :
Nez qui s'allonge en cas de mensonge, oreille d'âne si mauvaise action.
Origine :
Pinocchio
Orientation sexuelle :
Très mauvais sens de l'orientation, ça oui.
Habitation :
Dans le bordel de Papa-Shery ♥
avatar
Pinocchio
En chêne et en Bios !
Ce n'est pas compliqué pourtant !
Ah, ça va mal, elle se sent de plus en plus acculée, incapable de réfléchir vraiment. Elle tremble, crispe ses doigts sur son casque étoile et ses yeux deviennent globuleux à être tant exorbités. Qu'est-ce qui lui fait peur ? Deux plus deux ? Qui lui fait peur ? Un visage se forme, elle voit presque, presque…
Et c'est là que le cerveau -celui qui sait tout et qui connaît le fin mot de l'histoire- intervient, estimant que le pantin a assez débloqué. Il lui met l'image de Papa Sherydan et Pinocchio arrête de trembler. Elle peut même éloigner ses mains de sa tête et regarder. Effort de concentration, elle fait un deux avec avec la mains gauche, puis un deux avec la main droite. Ou l'inverse. Papa Shery il voudrait bien, il la regarderait, calmement et attendrait. Peut-être qu'il ferait ses trucs en attendant et voilà. Là, la grande réponse à la question, celle de l'univers et tout le reste va connaître sa réponse, deux plus deux, ça donne...
Rien, car elle ne voit plus ses doigts, étant soudainement secouée comme un Prunier. En temps normal, elle aurait rigolé. Car Pinocchio aime bien les interactions sociales, quoi qu'elle soit et oui, être secouée, c'est une interaction. Ça lui aurait donné une impression de manège gratuit et elle aurait presque levé les bras, lâchant un petit « Uiiiiii » euphorique. Mais pas aujourd'hui. Car elle était proche de toucher du bout du doigts quelque chose, elle le sent bien. Mais c'est tombé à l'eau. Aujourd'hui, le monde n'est pas rose, il est marron et sale, il est teinté d'une panique latente qui la rend craintive et lui donne envie de rentrer chez elle sans demander son reste. Alors, pour une fois, elle va rétorquer. Pinocchio ouvre la bouche, en protestation, et dit…
Rien du tout, elle se prend une gifle. Ça ne fait pas mal, car elle est en bois. La seule douleur qu'il y a pu avoir, elle est dans la main de la giffleuse. Mais Pinocchio est choquée. Depuis son réveil, personne ne l'a frappé ainsi. Pas même papa Shery. C'est qu'on n'a pas le droit. Alors, son égo, lui, il a très mal et est tombé par terre, tel un tragédien. Là, sur le sol, il se laisse mourir à petit feu. Pinocchio lève une main sur une joue et frotte. C'est la non-giflée, le choc lui a fait perdre ses repères de gauche et droite, les notions de quelle joue a été frappée ou non. Elle n'a pas bien retenu. Juste le geste, le mouvement et le son. Elle regarde la fille qui s'éloigne et bouge. Bouge beaucoup. Pour ne  rien dire. Déjà que la lecture et le parlé, c'est pas génial, alors le signé…

Le pantin a la bouche en accent circonflexe, alors qu'elle frotte encore distraitement sa joue. Elle regarde à droite, à gauche, ses sourcils se froncent tandis que ses yeux se font de plus en plus rond. Et c'est une voix indignée qui s'élève alors de sa petite gorge.

« Je… je… Mais ! Je… je ne t'aime pas du tout ?! »

Elle en est la première surprise. La bleue aurait tout pour lui plaire, pourtant ! Bah c'est pas le cas. Une Gifle dans le nez, ça aide à quelque inimitiés. Et comme pour souligner la vérité universelle de cette phrase, le nez de Pino rentre chez lui, ne reste plus qu'une rouquine qui d'un coup, à quelques articulation apparente près, paraît tout à fait normale.

Et fortement indignée.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et nous serons heureux ! E ! R ! E !   16/8/2015, 01:15

Voir le profil de l'utilisateur
Blue fluffly unicorn dancing on rainbow ♪♫


Messages :
48
Féminin
Age du personnage :
Mystère.
Pouvoirs / Particularités :
Transformation en truc bleu à poils tout doux qui vous aide si vous êtes perdu et qui exauce les voeux. S'illumine. Peut aussi changer son âge à volonté.
Origine :
Mème Internet. Fluffle Puff et Maru the cat. Etoile du berger & croyances sur les étoiles filantes etc..
Orientation sexuelle :
Bisexuelle à tendance homosexuelle.
Habitation :
Mystère.
avatar
Fluffle R. Puff
Blue fluffly unicorn dancing on rainbow ♪♫
arc en ciel swaggy

Quiproquo problématique



Ce n'était définitivement pas prévu au programme. Ah ça non ! Outre la légère douleur qui picotait dans sa main, le petit cœur de Fluffle avait loupé un battement. C'est pas juste, comment cette fille pouvait lui dire qu'elle ne l'aimait pas ? Pourtant, elles étaient connectées, Raines le savait. Connectées par les étoiles même. Mais y'avait quand même un truc qui clochait.

- Cette fille elle faisait des bruits de cliquetis.
- Cette filles elle avait des articulations de poupée.
- Cette fille ne l'écoutait pas.
- Cette fille avait un nez pas normal.
- Cette fille confondait sa gauche et sa droite.
- Cette fille la détestait.
- Cette fille ne la comprenait pas.

Ouais. Des trucs en fait. Mais c'était peut être pas si grave ? C'était peut être une machine échappée du train fou ? Du coup, c'était une machine folle ? Ça devait sûrement être ça. Mais elle avait des étoiles aux oreilles. Ça pouvait pas être n'importe qui quand même.
Ses mots raisonnaient dans la tête de Fuffle. Elle était vexée mais elle ne pouvait pas en vouloir à la rouquine. Non, elle ne pouvait pas, après tout, c'était elle qui lui avait fait peur, qui l'avait détraquée et giflée en pensant la remettre d'aplomb -comme l'aurait sûrement fait tout le monde.
Fluffle éclata de rire. Un grand rire silencieux de muette. Elle se plia en deux. C'était un peu nerveux mais pas que. Mieux valait rire de tout ça plutôt que de pleurer. Pleurer ? Non Fluffle n'allait pas pleurer allons. C'était une grande fille. Grande ? On sait toujours pas mais aujourd'hui, elle mesurait un mètre trente trois.

Au bout d'une vingtaine de secondes elle se stoppa, secouant de nouveau la tête et effectuant une courbette pour s'excuser d'un air affolé. Elle ne voulait surtout pas mettre sa vis-à-vis davantage en colère. Du moins pas avant d'avoir trouver un moyen de communiquer. Mais ça n'allait sûrement pas marcher.
Voyons, son sac était resté sur le toit... Comment faire. Oh ! Mais avec la poussière !
Faisant "dix" avec ses doigts pour dire "Attend, s'il te plaît." Raines se recula, à genoux sur le bois. Elle laissa de la distance puis dessina une étoile sur le plancher sale. Elle lui fit deux yeux et une bouche en zigzag avant d'écrire dans une bulle de dialogue.

- Et comme ça tu me comprends ? Je te disais que j'étais désolée. Ça va ?

Peut être que comme ça, le message serait passé ? Sinon, il n'y avait plus qu'à pleurer.



CLYDE



Raines signe en #99ccff.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et nous serons heureux ! E ! R ! E !   27/11/2015, 19:03

Voir le profil de l'utilisateur
En chêne et en Bios !


Messages :
374
Age du personnage :
attardé.
Pouvoirs / Particularités :
Nez qui s'allonge en cas de mensonge, oreille d'âne si mauvaise action.
Origine :
Pinocchio
Orientation sexuelle :
Très mauvais sens de l'orientation, ça oui.
Habitation :
Dans le bordel de Papa-Shery ♥
avatar
Pinocchio
En chêne et en Bios !
Pinocchio, elle est trop estomaquée.
Enfin, c'est une façon de parler, hein, elle a pas d'estomac. On s'est pas emmerdé à sculpter l'intérieur, non plus.
Mais si elle avait eut un estomac, elle serait trop estomaquée.

Car genre, voilà. Y'a des jours sans.

Ça, elle le savait, déjà, un peu. On lui avait dit, elle avait entendu, elle voyait chez d'autres que, -voilà ! - y'a des jours où ça le faisait pas. Mais là, différence de taille, ça lui arrivait aussi. Elle avait une journée sans. Et ça lui faisait fichtrement bizarre de voir que ça pouvait arriver, qu'un jour dans l'année, elle pouvait se dire que la vie, ça pue et c'est plein de poussière. Et pire, encore. Une autre découverte qui remettait en cause les fondements de sa fibre de bois : elle pouvait ressentir de l'animosité.
Encore qu'elle comprenne pas ce que ça veut dire. Mais son petit coeur mécanique ressent ce truc dans chacun de ses petits écrous, ça c'est sûr.

Genre, elle aime pas quelqu'un.

Et des deux ou trois personnes qu'elle ne pourra pas piffer dans ce pays imaginaire (car naaan, c'est pas vraiment possible qu'il y en ai plus, hein ? Dîtes lui pas ça, où elle fait un freeze de la mort et se consume dans le bleu du fatal error)… des deux trois personnes qu'elle peut pas piffer, je disais, il fallait qu'elle tombe sur l'une d'elle… pendant un jour sans.

Pas cool.

Pourtant, la gamine bleue aurait tout pour lui plaire, note la tête de bois. Elle a des trop trop beaux cheveux, déjà. Puis elle a un rire chouette. Puis Pinocchio se ravise, c'est un rire moqueur contre elle. Elle le trouve moins chouette et se vexe un peu plus encore.
Elle regarde à droite. Elle regarde à gauche. Œillade du pantin de bois qui souhaite se barrer discrètement. Elle fait un pas…

Mais l'autre l'arrête, faisant des mouvement de main répété. Bécasse, Pinocchio se demande ce que ça veut dire, fronce encore un peu ses sourcils de se sentir vraiment traiter comme une idiote. Pas de la faute de Fluffle. C'est cette journée sans, ce monde plein de moisit qui fait tout voir mal à la poupée. La bleue dessine et Pinocchio pince sa petite bouche, se disant que son papa, il lui aurait sans doute trouver une feuille. C'est peut-être encore plus une journée sans pour l'autre, encore. Curieuse, elle lit. Elle voit que ça lui ai adressé. Il lui faut du temps pour lire. Pinocchio paraît vielle, mais son éducation laisse à désirer, tant sa tête de bois n'imprime rien. Ce qui est drôlement ironique en soit, en fait.

Il y a donc ce temps d'arrêt, cette pause qui en devient presque gênante où elle fronce les sourcils, articule une syllabe sans dire les autres. Puis elle fait « Ah ! » lève la tête et regarde l'autre fille dans les yeux.

« Bah oui, j'comprends, qu'elle dit d'une voix évidente, j'suis pas bête, hein, j'sais lire. »

Elle regarde encore le sol. L'autre elle s'excuse ? Mais pourquoi elle l'a pas dit avant ? Elle voit la dernière phrase et répond oui en hochant la tête. Heureusement qu'elle va bien, Papa Shery se serait encore inquiété et Pino, c'est une bonne fifille, elle aime pas inquiéter les gens. Encore moins son papa Shery.

Puis l'éclair de génie. Le truc de dingue.

« Oh ! Tu peux pas parler ? »

Un de ces éclairs de génie qui n'arrive qu'une fois par an. Et ça tombe un jour sans. Coïncidence… ?

[hrp : Truc de DINGUE : une réponse ! 8D
Désolée pour le temps d'attente. Et hésite pas à me dire si j'ai fais un impaire, ça fait longtemps que j'ai pas fais de RP, mine de rien >w>]
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et nous serons heureux ! E ! R ! E !   7/12/2015, 15:27

Voir le profil de l'utilisateur
Blue fluffly unicorn dancing on rainbow ♪♫


Messages :
48
Féminin
Age du personnage :
Mystère.
Pouvoirs / Particularités :
Transformation en truc bleu à poils tout doux qui vous aide si vous êtes perdu et qui exauce les voeux. S'illumine. Peut aussi changer son âge à volonté.
Origine :
Mème Internet. Fluffle Puff et Maru the cat. Etoile du berger & croyances sur les étoiles filantes etc..
Orientation sexuelle :
Bisexuelle à tendance homosexuelle.
Habitation :
Mystère.
avatar
Fluffle R. Puff
Blue fluffly unicorn dancing on rainbow ♪♫
arc en ciel swaggy

Armistice signé ?



On avait failli frôler la catastrophe mais tout n'était pas gagné et Fluffle le savait. Dans une dernière tentative, elle avait tout misé sur les dessins dans la poussière sans même se demander si la demoiselle aux articulations visibles allait être capable de la lire. Mais heureusement, ça avait marché et elles pouvaient enfin communiquer. Un soupir de soulagement s'échappe des lèvres de la petite bleue. Elle aimait faire des farces, mais quand ça se terminait mal, ce n’était pas super cool et beaucoup moins amusant. Sauf si c'était des personnes méchantes, là, elle s'en fichait. Mais ces personnes-là, elle les connaissait. Elle les connaissait assez pour juger de leur méchanceté. Pas comme la rousse.

« Oh ! Tu peux pas parler ? »

Parler ? Non. Non Fluffle ne pouvait pas parler. Elle n’écrivait pas dans la poussière juste parce que c’était rigolo d’avoir le doigt tout sale. Elle ne s’amusait pas à faire des moulinets dans l’air juste pour faire un peu de gym. Fluffle était muette et c’est donc avec un grand sourire et en hochant vigoureusement la tête, les pouces en l’air, qu’elle affirma la proposition de sa vis-à-vis. Puis, pour confirmer, elle fit une croit avec ses mains au niveau de sa gorge en levant la tête. On ne sait jamais après tout.
Raines devina qu’avec cette demoiselle détraquée, il allait falloir avancer à son rythme. Elle se senti à moitié fautive de son détraquage, peut-être que c’était sa faute après tout ? Puisqu’elle lui avait foutu la frousse. Comment s’en assurer ? Fluffle se gratta la tête puis reforma la poussière par-dessus ses précédents écrits.

« Je s’appelle Fluffle et toi ? »

Elle la regarda, puis regarda les lettres poussiéreuses, puis de nouveau la rouquine et le sol avant de rougir jusqu’aux oreilles. Elle avait fait une faute. Elle s’empressa de la modifier et ajouta une étoile qui regardait sur le côté, honteuse et rougissante ainsi qu’un petit texte pour vite passer à autre chose.

« Tu fais quoi ici, t’es perdue ? »

CLYDE


[HRP : OUAIIIIS UNE RÉPONSE *0* merci beaucoup et ne t'inquiète pas, elle était niquel. Ta façon d'écrire est vraiment trop trop trop adoraaaable *^*, comme Pino' ♥
Bon courage pour ton IRL toussa toussa :3]



Raines signe en #99ccff.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et nous serons heureux ! E ! R ! E !   27/12/2015, 15:09

Voir le profil de l'utilisateur
En chêne et en Bios !


Messages :
374
Age du personnage :
attardé.
Pouvoirs / Particularités :
Nez qui s'allonge en cas de mensonge, oreille d'âne si mauvaise action.
Origine :
Pinocchio
Orientation sexuelle :
Très mauvais sens de l'orientation, ça oui.
Habitation :
Dans le bordel de Papa-Shery ♥
avatar
Pinocchio
En chêne et en Bios !
L'autre, elle bouge beaucoup. Pinocchio se dit qu'elle doit être vachement bonne en naro… en norébique… nanéro… en gym. Ouaip, vachement bonne en gym. Si elle, Pino, bougeait comme ça, elle se donnerait sans doute un coup de coude dans sa propre tête. Ça, c'est si son bras ne tombe pas avant dans un petit craquement de bois fatigué -mais elle a trop trop foi dans les supers réparations de papa Shery, alors, peu de chance que ça arrive.-
Puis l'autre, elle se fait une croix sur la gorge. Genre, elle a pas de gorge. Faut pas prendre Pino pour une cruche, hein ! D'un, elle transporte pas d'eau. De deux, elle voit bien que la bleue a une gorge ! Alors, la rousse fronce un peu les sourcils, pensant que l'autre se fiche décidément vilainement de sa tête. Mais l'autre, elle s'est excusée, aussi. Ça rentre en conflits dans sa tête, du genre, c'est pas joli-joli.

Mensonge ? Ironie ou sarcasme ? Pinocchio ne connaît pas ce genre de mot, pas plus que leur emploi. Alors, elle reste quand même planté là, un petit sourcils levé de méfiance, se demandant pourquoi elle fait des croix sur sa gorge. Elle se dit qu'elle comprendra sans doute plus tard. Elle aura surtout oublié plus tard et passera à autre chose. Car Pinocchio n'arrive pas à rester très longtemps sur ses griefs : elle les oublie plus vite qu'ils ne sont arrivés. Encore que là, la Bleue a fait fort pour que le pantin soit toujours dans son stade de méfiance.
Puis, Pinocchio se penche sur les nouveaux écris, pinçant ses lèvres tandis que son petit cerveaux tente de mettre à la suite les lettres pour former syllabes puis mot.
Elle ne se moque pas de la faute d'orthographe car écrire, elle sait que c'est vachement dur (et elle ne l'avait pas vraiment vu, aussi). Elle a compris le dessin, elle se sent respectueuse de l'autre qui ne fait qu'écrire et dessiner pour parler.

Pinocchio, elle pourrait trop trop pas. Et c'est avec une barrière de la méfiance qui s'affaisse un peu au profit d'une légère admiration qu'elle quitte son état de mauvaise tête totale et répond.

« J'suis Pinocchio. Mais tu peux m’appeler Pinocchio. »

Elle ne lui offre pas encore de sourire, encore un peu mitigée quand même face à Fluffle. Mais son visage se fait moins dur, le pantin se détends un peu. La preuve en est que ses bras se balancent maintenant, plutôt que d'être croisé sur sa petite poitrine.

« J'suis pas perdue, je viens de... » Oui, bonne question. « Par là bas » qu'elle dit en montrant vaguement une direction. « Du train. » Elle regarde sur le côté, encore un peu boudeuse, finalement. « Je croyais que... » non, non, non ! Pinocchio ne va pas confier un truc aussi important à quelqu'un lambada ! Ou alors c'est quoi le mot, déjà ?
Qu'importe ! Pino regarde Fluffle, une petite lueur de défis s'est rallumée dans son petit regard noisette.

« Et toi ? » que fais-tu ici crient les conventions sociales. Mais Pinocchio, elle connaît pas Madame Sociale. « Tu sais combien ça fait, 2+2 ? »

Genre, c'est cruciale.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et nous serons heureux ! E ! R ! E !   



Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Et nous serons heureux ! E ! R ! E !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cours 3 : Hitler Voldemort
» LHV ► Et si je fais de ta vie un enfer, alors nous serons quittes.
» A présent nous serons inséparables !
» Un jour, nous serons indispensables l'un à l'autre. - Muse
» [terminé] Brisés, nous étions ;plus forts, nous serons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of madness :: Zones neutres :: Void Areas :: Souterrains-