Welcome to Hell... ~ Jabberwocky




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Welcome to Hell... ~ Jabberwocky   26/7/2015, 05:05

Voir le profil de l'utilisateur


Messages :
1
Masculin
Age du personnage :
Inconnu.
Origine :
Cavalier Blanc, Cavalier Rouge, Jabberwocky ~ Alice in Wonderland
Orientation sexuelle :
Pansexuel vicieux, dangereux, et violent.....
Habitation :
Souterrains, le cirque aussi, et plein d'endroits ou je peux roupiller. Bref, je suis comme un personnage de jeu vidéo, j'entre dans toutes les maisons et je peux même casser les pots sans rien dire !
avatar
Fragment of Terror


Jabberwocky
♦ Nom civil : Pourquoi un autre nom ? Je suis Le Jabberwock, l'unique, le "dragon" vivant dans les profondeurs du souterrains... Un "Roi sous la Montagne".
♦ Age : Je ne suis plus, et si je devais être... je ne saurais combien. Je ne connais même plus l'époque à laquelle je suis apparu.
♦ Existe à Wonderland depuis : Depuis toujours... - et même plus tôt, tel est un élément de la narration. -
♦ Orientation sexuelle : Bisexuel, Pansexuel... je n'aime pas me limité !
♦ Groupe : Silent Lambs
♦ Race : Je suis un fantôme d'une autre vie, une Ombre.
♦ Origine : Le Cavalier Blanc, le Cavalier Rouge et Jabberwock, tous trois provenant d'Alice in Wonderland.
♦ Fonction : J'aimerais dire Roi autoproclamé des monstres les plus sanguinaires du souterrain... et vagabond. Ça passe ? oui, non ? Bah, au final on s'en fout un peu...
♦ Âme : Niet, nein, no.. Non.
♦ Particularité : Je prends la forme d'un dragon... d'une chimère oui... aux allures sûrement grotesque pour certains, sans vraiment de sens pour d'autres, mais je suis bien dangereux. Les flammes que je crache sous cette forme laissent des brûlures qui, soignées d'une mauvaise façon, peuvent laisser de profondes séquelles et je peux faire pleins de truc qu'un dragon sait faire.
♦ Pouvoir : Un pouvoir que certains peuvent trouver faible pour une ombre, et pourtant... si polyvalent. Vous voyez des chaînes ? Bah je peux en créer, bien plus résistantes que l'acier le plus résistant de notre cher monde fou, et extrêmement vives. Le plus sympathique est leur capacité à naître de mon corps... ou alors de n'importe quel endroit, la seule contrainte étant... qu'il existe un plan physique (le sol, un arbre, un mur, une simple feuille... tant que les atomes sont liés entre eux, que l'élément est solide, je peux).
♦ Classe sociale : Sincèrement ? Vous posez la question ?! Je ne suis pas un dragon gardant un trésor !
♦ Participant au Game of Madness : Grand dieu non !


Chains of Hell


Dans les ombres du souterrain, règne une silhouette imposante. Un corps que certains qualifiaient de grotesque, voilà ce que tu es, roi des monstres et des terres sauvages. Et le voyageur imprudent, qui a réussi, tel un héros, a descendre aussi profondément, se demande ce qu'il voit devant lui. Es-tu un dragon ? Pourrait-il demander... Tu lui répondrais alors que si il souhaite que tu sois un dragon, tu le seras. Car après tout, plus qu'un dragon, tu sembles être une chimère. Cet aspect insectoïde dans tes antennes, la forme de ta gueule rappelant étrangement la collerette de certains lézards, ou les écailles de quelques poissons... Ne parlons pas de ces écailles à la couleur de l'obsidienne, disposées de façon grotesque contre ton corps, ou alors du « duvet » apparaissant sur les pattes avant, cette même matière qui forme les ailes de plusieurs papillons de nuits et autres phalènes. Mais, les êtres inférieurs aiment la rapidité et ils te définissent alors comme un dragon... Un dragon reposant, hantant ces lieux. Alors, ce héros inconnu, tire son épée, tremblant, de la sueur glissant contre son front. Tu ressens sa peur, à travers le sol, à travers l'air, à travers son odeur. Oui, tu es comme un animal, non, un monstre, tu ressens cette peur que ton corps effrayant fait naître dans le cœur de tes victimes... ou tes prétendues prédateurs. Il te défie, tu lis la crainte et l'envie de fuir dans ses yeux... alors tu te redresse, énervé que cette sieste que tu espérais tant ne puisse se dérouler tranquillement. Puis, il t'insulte, hurlant qu'il cherche l'honneur d'un combat contre un véritable ennemi et qu'un pitoyable et grotesque dragon n'est qu'un en cas avant le véritable ennemi, un ennemi qui tient une arme, comme lui. Tu déploies alors tes ailes... tu pourrais le dévorer, rapidement... si rapidement... ce serait simple, tellement. Mais tu replie ces ailes sur toi, tandis qu'un bruit étrange, malsain, apparais dans cet antre. De cette masse sombre, visqueuse et horrible, naît alors une silhouette.

Grand... c'est le premier mot qui vient à l'esprit du héros lorsqu'il te voit. Peut-être un mètre quatre vingt quinze... peut-être un peu plus... qui sait, il ne peut pas mesurer. Tu fais un pas, lui permettant ainsi de mieux détailler ton corps. Les cheveux blancs, tombant sur ta nuque et en partie sur tes yeux... ce visage, sans aucune émotion... cette marque, cette horrible marque sur la droite ton visage, qui glisse alors jusqu'au cou, s'étendant sur ton torse, toujours à droite avant d'englober totalement ton bras. Cette brûlure l'effraie, bien plus que ton monstrueux corps précédent. Il tremble, continuant de t'observer, d'observer ce corps bien fait, ce corps impressionnant, que ce soit par la musculature travaillée tout en étant agréable... Des jambes capables de supporter de longues marches, capables de s'appuyer pour former d'habiles mouvements... des bras semblant expert dans le maniement de plusieurs armes... Pour lui, tu as le corps d'un cavalier, d'un chevalier, d'un homme d'arme, d'un combattant... Il ose même regarder la preuve de ton genre, sans pour autant trop plongé son regard dessus... Jamais il n'aura été honteux face à un homme, qui semble bien meilleur que lui sur ce point. Malgré ton effrayante beauté, il n'est pas le genre à bander pour un homme... Tu t'arrête alors devant cette silhouette effrayée et malchanceuse, avant de l'attraper par la gorge, le soulevant presque facilement. Il aperçoit avec horreur le début d'une marque dans ton dos, à gauche comme à droite, une marque qui semble descendre loin dans ton dos. Il imagine alors cette transformation, cette horrible transformation d'un humain en une chimère aux aspects draconiens. Il remarque aussi les différentes cicatrices sur la peau fraîche et soignée de ton corps, ainsi qu'un tatouage, représentant une étrange forme, rappelant une arme... peut-être une lance, entourée par un serpent aux reflets rubis. Mais ce qui l'interpelle le plus, sont les deux bracelets avec des restes de chaînes, ainsi que ces deux chaînes, accrochée à ta peau, pendant dans le vide. Il est intrigué, inspiré, perdu... Jusqu'à ce qu'il sursaute, en voyant le tout être associé à une étrange matière blanche.

Ton corps est maintenant recouvert d'une forme de manteau, une longue tunique grise, n'ayant qu'une seule manche, qui recouvre ton bras droit, lui aussi recouvert d'un long gant sombre. Un gant, bien moins long, de la même couleur, recouvert ta main gauche, mais dans les deux cas, les bracelets sont totalement visibles. Même les chaînes présentes au torse continuent de pendre. Une ceinture sombre sert la taille du manteau... tandis qu'il est possible de voir un pantalon sombre, s'enfonçant dans des bottes de la même couleur. Il remonte alors sur ton visage, avant de sursauter, semblant ne pas te reconnaître avec cette expression plus calme, ces bandes contres la partie brûlée, des bandes qui pendent aussi autour du cou, certaines pouvant être remontées pour former un masque recouvrant le bas du visage. Il ne sait plus, totalement perdu, lorsque tu le lâche... Il recule, tandis que tu approche à nouveau, une épée se dessinant, se formant dans ta main gauche. Et tandis qu'il croise ton œil écarlate, tu pars dans un rire, ta lame s'enfonçant violemment dans le visage du « Héros ». Une fois... deux fois... trois fois... quatre fois... Tu frappes son corps plusieurs fois, recouvrant l'immaculé de ton corps par l'écarlate de son sang. Tu te penche... semblant marcher en titubant, avant de trancher une dernière fois le corps.

Il n'y a pas de héros ici... juste des monstres...




Chains of Madness


Décrivez nous le comportement de votre personnage, ses qualités, ses défauts. Son mental en somme. Expliquez nous comment il réagit pour que nous puissions mieux le cerner. Dites nous ce qu'il aime, ce qu'il n'aime pas. Nous demandons un minimun de 10 lignes pour cette partie. La description peut prendre la forme d'une liste cependant vous devrez nous mettre des exemples pour illustrer les traits de caractère principaux de votre personnage.

Notez que nous nous autorisons le droit de vous demander de rajouter des éléments si votre présentation ne donne pas suffisamment d'informations sur le personnage.




Chains of Memories



Dans un passé lointain, dans les entrailles d'un monde fou.

L'odeur des cadavres... la puanteur de la décomposition... Dans quel endroit es-tu ? Souviens toi... Non... tu n'arrives pas à te souvenir... Tout ce que tu arrives à voir, est ce monde, autour de toi. Tout semble si noir, grossier, effrayant. Si en ce monde, l'Enfer devait exister, ce serait bien ici... D'ailleurs... où es-tu ? Tu penses à la possibilité d'Abysses Infernales dans ce monde, mais au final, tu ne sais pas dans quel endroit tu te trouves... Tu ne sais même qui tu es. Tout ce que tu sais, est que tu trouves dans cet endroit, sombre, grossier, effrayant... Une caverne, oui... une caverne servant de charnier, d'ossuaire... L'antre d'un monstre invisible... Peut-être que tu peux en déduire que ce sera là où tu vivras. Tu aimerais bien sourire à cette pensée, car cela t'importe peu au final, mais tu n'en as pas la capacité. Tu n'as aucune capacité, oui... rien n'est possible. Pourquoi n'arrives-tu pas à sourire... ? Pourquoi n'arrives-tu pas à avancer... ? Ah... peut-être que c'est à cause de ces chaînes, qui maintiennent tes membres, certes de façon assez libre, mais sans pour autant te laisser partir... D'imposantes chaînes, dont le bruit qu'elles produisent lorsque leurs maillons frappent la roche résonne dans cette immense caverne, dans cette forêt de roche et de crânes. Non... ce n'est pas ça... qui t'empêche de bouger réellement. Ton corps... toi qui ne sais même pas quel est ce corps, ta naissance, ton parcours... ce corps encapuchonné, caché par un long drap... Il est si froid, si léger. D'ailleurs, l'image de cet endroit, est-elle une simple illusion crée par ton esprit, par la puissance magique de ces chaînes ou vraiment ce que tu vois ? Car après tout... pour répondre à la première question... tu ne vois en fait rien... Tu n'as aucun de tes yeux, tu n'as pas de bouche, tu n'as pas d'oreille... Mais, ce ne sont pas les seules choses qui te manquent. Un besoin vital, de bouger, de sentir la vie à travers ta peau... Mais quelle peau ? Tu n'en as pas... tu n'as ni chair, ni peau... ni muscles... ni nerfs... As-tu même un cerveau ? N'es-tu pas qu'une simple créature, perdue, animée par une volonté inconnue à travers ces chaînes. Et maintenant... que tu as compris... ce que tu es réellement... une force anime ton squelette blanc, des flammes invisibles naissant autour de ton corps. Tes bras se lèvent doucement, tandis qu'un bruit horrible traverse cette caverne, faisant fuir alors les rares créatures capable d'y survivre...

Elles s'arrachent, ces chaînes... Ces chaînes qui par le passé, étaient le centre d'un mythe, d'une légende. L'histoire de ceux qui seraient enchaînés au Wonderland. Cela date de l’Époque Sombre... Ou peut-être bien avant... Au final plus personne ne s'intéresse à cette histoire. Ces deux combattant, l'un blanc, l'autre rouge, qui échangeaient des coups, qui se détestaient... Ces frères, animés de haine... une haine féroce, une haine capable de dévorer chaque chose. Une haine... qui s'était transformé en obsession. Un amour filial, animé de cette obsession, un amour malsain, empli de haine et de passion. Le sang de ces frères jumeaux, se mélangeait, à chaque combat, autant que leur corps se liaient dans de sombres, malsains, et passionnés corps à corps. Cette légende, que toi tu ne connais pas... mais qui se termine par la fin tragique de ces deux combattants. Ce Chevalier Blanc, aux cheveux et à l'épée immaculés... rêveur et tout aussi destructeur que son frère. Il racontait à tout le monde qui aimait l'écouter, qu'un dragon vivait dans sa tête, un dragon capable de souffler des flammes sombres, qui ne pouvaient réellement se soigner si les soins n'étaient pas rapidement exécutés. Ce Chevalier Rouge, aux cheveux et aux yeux écarlates, dont l'épée semblait teinté d'un éclat d'obsidienne. Cet homme, qui n'avait pas peur de la douleur, et dont la partie droite de son visage, ainsi que son bras, gardaient d'immondes brûlures... d'étranges brûlures... que personne n'avait pu soigné... Oui, ces deux êtres, avaient connu une fin tragique... On dit qu'ils se sont battus une dernière fois, qu'ils savaient que c'était la dernière fois... Ensanglantés... ils auraient passés un dernier instant, nu, sauvage, avant de mutuellement se tuer, l'un contre l'autre. L'épée d'obsidienne plantée dans le cœur du l'Immaculé, l'épée sacrée plantée dans le cœur de l’Écarlate. Certains... disent qu'ils n'étaient plus qu'une seule personne, une association grotesque de leurs corps, un phénomène seulement digne de Wonderland... Oui, leurs visages, leurs corps, s'étaient mus, s'associant dans une grotesque et effrayante image, avant de ne devenir plus qu'une simple poussière dans le désert des légendes.

Mais toi... toi dont les chaînes s'arrachent, tu te fous de ça. Oui, tu ignores tout ça, tu ne le sais pas. Tandis que les chaînes disparaissent peu à peu, tes nerfs, ta chair, se reconstruisent. Ta langue pousse dans ta bouche aux lèvres nouvelles, des yeux naissent, tandis qu'une intense brûlure parcoure le côté droit de ton visage. Tu les sens, les organes, revenir dans ton corps, ou plutôt apparaître... Le cœur, battant... le foie... les intestins. Tout se forme dans ce corps, tandis que les chaînes finissent de disparaître, ne laissant que deux bracelets autour de tes poignets, et quelques petites chaînes, pendant à ton torse.Tes poings se ferment, la tignasse blanche tombent sur tes yeux, ta nuque. Et ce n'est qu'après quelques secondes, que tu hurles, un hurlement effrayant, un hurlement qui fait fuir les ombres, les curieux, résonnant à travers les galeries sombres d'un royaume sans roi, d'un royaume sauvage, bien trop profond pour les faibles.

Et te voilà, Jabberwock, dans ton palais sans trône, dans cet endroit sauvage où seule la loi du plus fort compte. Une épée d'obsidienne à la main gauche... un bras droit et la partie du visage droit brulé définitivement... Une chevelure immaculé, un corps puissant, et pourtant agréable. Et enfin, cette marque qui se forme dans ton dos, telles deux cicatrices, rappelant étrangement la naissance d'ailes sombres, grossières et effrayantes. Oui, l'homme devenant chimère, le roi auto-proclamé des galeries les plus profondes et les plus sauvages des souterrains. Ce n'est pas comme si tu l'avais vraiment dit au final... Il n'y avait juste pas d'autres choix que toi.

Hier, tu es mort... Un passé invisible. Aujourd'hui, tu es né. Et tu n'as pas besoin de plus au final... tu as juste besoin... d'un avenir !




♦ Pseudo HRP? :Comment doit-on t'appeler? Nico ! Vahra ! Hatty, ou Orphée, ou Belial.
♦ Parles nous de toi : 23 ans ! Et...c'est tout.
♦  Comment es-tu arrivé ici? : J'ai suivi l'étoile... !
♦ Quelque chose à nous dire? : L'eau, ça mouille.
♦  Avatar : Kokuto, Bleach
♦  Rang désiré :

Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome to Hell... ~ Jabberwocky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of madness :: Through the looking glass :: Et toi, t'es qui? :: Présentations en cours-