I heard a croaw. But t'was a frenchman.




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: I heard a croaw. But t'was a frenchman.   31/7/2015, 19:28

Voir le profil de l'utilisateur
Alice


Messages :
4
avatar
Never more End


Allan
♦ Nom civil : Edgar Allan Poe
♦ Age : arreté – 40 ans
♦ Existe à Wonderland depuis : le temps de trouver sa coloc'
♦ Orientation sexuelle : dreams and beauty
♦ Groupe : à voir
♦ Race : Alice
♦ Origine : Real Life
♦ Fonction : Poète torturé
♦ Âme : nop
♦ Particularité : Si vous voulez nous suggérer une particularité magique pour votre personnage, cependant elle n'est pas du tout obligatoire, si vous nous laissez choisir pour vous indiquez-le dans ce champ par un "Je vous laisse dicter mon sort".
♦ Pouvoir : Votre personnage pourra bénéficier d'un pouvoir, merci de nous indiquer lequel il sera même si le personnage a encore son âme.
♦ Classe sociale : La classe sociale de votre personnage, à quel groupe social appartient-il? Noble? Pauvre? Etc...
♦ Participant au Game of Madness : Non


I'm FABULOUS!


Par quels mots peut-on bien décrire un homme, quels mots poser sur une apparence qui , pour certains se déclame beauté ? Il ne s'agit pourtant là que d'adjectif dont nous aimerions avoir le choix, mais ce dernier ne se présente que dans leurs nuances, toute tournante autour d'un même registre.


Les boucles d'un mouton noir, un judas qui de ses pairs se détache par son ingénieuse intelligence. Indisciplinée, mais quelle perte de temps que cela serait..tout comme le reste, la pâleur, la blancheur..de si beau termes lorsqu'ils s'accrochent en dehors de moi..Je les ai tant aimé, pour ma belle Lady Ligeia..Magnifique, sublime jeune personne à la peau nacrée et délicate, aux ailes de corbeaux en guise de chevelure..Elle me ressemblait tant, ma sissy aimée. Ces yeux de biches, tombant comme le voile de la nuit, sur les mélancolies du jour, si tendres et aimants..Oh mon miroir sublimatoire, comme tu fus belle...belle jusque la mort.


J'aimerai encore pouvoir réchauffer tes mains de mes araignées du soir, ajourer tes boucles nocturnes de ces doigts fins et malingre, taché par l'encre dont je noircis autant mes papiers que mes phalanges..Embrasser tes pommettes rondes mais saillantes de mes lèvres fines, jusqu'à ce que tu ris de la sensation de la petite pilosité que je conserve pour habiller mes traits qui me semblent trop jeune pour demeurer en ma toute crédibilité.


Même ton corps menu, lorsque je l'aperçois par les indices que la nature laisse sur mon chemin, qu'il s'agisse de l'ondoiement d'une gaze sous la brise, ou le vol d'une corneille..me manque..Son empreinte lors de nos nuit d'hiver, contre ma silhouette mince, grande comparé à la tienne.


Je ne suis que le reflet de tout ça, l'esprit effacé dans ses caractères physique de la Beauté que tu étais. De ce culte ravi de l'esprit à la beauté, Tu étais ma beauté. Et je ne pouvais prétendre physiquement qu'être l'esprit fais homme, s'il ne s'agissait que d'impiété envers l'intellectualité. Un regard de cocker tranchant sur l’incision que l'on attendait de la brillante intelligence.  






Je suis fou, et vous?


Oh , mon cher ami..Comment pourrais-je décrire mon esprit, et l'enfermer dans des boites, tant sont-elles emplies des cendres de ma tendre Annabel Lee... Je ne vivais que pour elle, voyez vous. Cette délicate personne fut ma douce, mon aimée.. Elle donnait le sens que ma vie désirait, par sa jeunesse..son irréelle beauté.. Mon cœur n'était qu'un brasier pour ses yeux et ses désirs.


Je l'aimais,la choyais, ma tendre sœur, muse de cœur. Comment me définir, désormais qu'elle n'est plus que là, couchée dans son lit d'éternité froide,figée à jamais dans ses plus belles et plus tragiques années..


Plus jamais, je ne croiserai ses yeux.
Nous n'étions que deux enfants, qui n'avaient nul autre désir que d'aimer, et se faire aimer l'un de l'autre. Le reste du monde était un décors, un contexte dans lequel la poésie de nos âmes jumelles se mouvaient. Jusqu'à ce que ce vent glacé ne me l'enferme, dans son sépulcre, son cercueil. Là où si mes pensée, par l'aube lunaire et sa cour d'étoile, me rappellent les yeux brillants de mon amour, ne les verrais-je..jamais plus...


Pensez-vous alors que je puisse poser si aisément ma plume et dépeindre le portrait de la déchirure que je ne suis que plus, désormais ? Elle fut ma vie, et notre amour fut bien au-delà. Des nuits je passa, près de la pierre gravée de son nom. Je la savait là, couchée en dessous de moi, pou la première fois.


Non, vous dis-je. Je n'ai plus la force que de noyer ma tristesse dans les sanglots d'un instrument, dans les bras d'une fée verte, aux ailes ensorcelantes et de son maître. Les ombres, les jours..je ne désire plus que me fondre dans les uns, fuyant les seconds. Même recouvert de la neige mordante de l'hiver, je ne m'en sens que partageant son linceul.. 


A jamais, enveloppé dans cette froide torpeur, mon esprit dut en partie , rejoindre le sien, car je ne me sens plus vivant. Serais-je mort, je ne m'en tuerai qu'encore..Les anges jaloux me l'ont prise, et je ne sais plus bercer ma douleur que parmi les mots humains que profère un animal possesseur de la sublime couleur de son voile de chevelure.


Jamais Plus.  




Il était une fois...


Tout les contes démarrent un jour, et il n'est de plus triste que celui qui se contente de rêver la nuit.


Quelques jours après le début de l'année 1809, j'ouvris les yeux dans la ville de Boston, un enfant qui n'était que la moitié de ce qu'il était, et le devint davantage lorsque mes parents me furent ôtés. Une histoire somme toute-bien loin d'être digne des contes extraordinaires ;qui par leurs éléments dispersés dans la brièveté, offre toute la situation en un éventail du regard inconscient.


Je tenta plusieurs choses, dans ma vie passée. Des plus palpitantes aux plus nécessaires, écriture..édition..mais si ma vie commença bien un jour, ce fut lorsque mes yeux vides de tout engouement se posèrent sur ma chère et tendre, ma sissy, ma Virginia.


Elle fut ma désirée, ma fiancée, et malgré les désirs étrangers de me l'ôter, mon aimée. Ma mariée, de blanc et de voile, toujours pure et délicieuse dans ses manières de jeune oiselle délicate. Comme elle m'inspirait..N'aurai-je pu aimer autre qu'elle ? Jamais.
Mais femme cruelle est l'autre moitié de la carte, et l'une de ces viles créatures, singe immonde camouflé de broderies comme de soieries, au cœur plus sombre que la suie, se mit aux calomnies.


Elle s'est ternie, ma belle angéline. Et la consomption la pris, tant elle fut affectée par l'infâme créature. Ses yeux brillants le devinrent de fièvre, sa voix fut affaiblie, et ma couverture militaire n'avait de sa vie eu usage plus noble que réchauffer la pauvre enfant aux membres si froid.. Ses lèvres n'avaient plus que de rouge, celui des larmes de son sang.. Et mon cœur, oh.. Il périt avec elle, cette incarnation de la tragédie, à son plus haut degrés de désespoir. Oh, mon aimée..jamais plus, jamais plus ton rire ne résonnera.. jamais plus je ne pourrai souligner tes boucles, capter le pétillant, la vie de tes yeux.. j'ai tant crainte que ton image, de moi ne s'efface.. Ma douce jeune femme, ma charmante demoiselle..Virginia..


tu me manque si fort..


Je ne peux que fuir dans mes souvenirs, chercher le satiné de ta peau, le goût de ton prénom, boire, boire tant et plus pour imaginer tes lèvres contre les miennes...Ligeia..Lénore..Eleonora..Annabel Lee...Virginia... Je te vois, te tend les bras.. Mais mes doigts ne rencontrent que des fantômes..et j'ai tant l'impression que tu m'échappes...
Je ne peut que continuer à vivre, et te faire vivre avec moi, espérant te croiser dans les reflets..les flaques..les ondoiements du vent..Ma si belle Sis'..


Virginia..ton corps porte le goût si tendre de l'alcool..Ta douceur




♦ Pseudo HRP? :Comment doit-on t'appeler? 
♦ Parles nous de toi : Tu as quel âge? Qu'est-ce que tu aimes... Enfin, parles nous de ce dont tu as envie de nous parler.
♦  Comment es-tu arrivé ici? : Top-site? Partenariat? Autre?
♦ Quelque chose à nous dire? : Un petit mot? Des commentaires?
♦  Avatar : Quel ou quels personnages utilisez-vous pour représenter votre personnage? Et d'où provient-il?
♦  Rang désiré : Indiquez nous si vous voulez un rang spécial pour votre personnage, celui-ci se trouvera en dessous de votre pseudo.



Dernière édition par Edgar A. Poe le 9/8/2015, 23:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I heard a croaw. But t'was a frenchman.   31/7/2015, 21:21

Voir le profil de l'utilisateur
Red Queen


Messages :
1343
Féminin
Age du personnage :
19 ans
Pouvoirs / Particularités :
Contrôle des ronces empoisonnées et vol de vie.
Origine :
Blanche Neige- Alice in Wonderland
Orientation sexuelle :
Homosexuel
avatar
Snow White
Red Queen
JE... T'AIME!



“I felt like an animal, and animals don’t know sin, do they?”
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I heard a croaw. But t'was a frenchman.   1/8/2015, 14:01

Voir le profil de l'utilisateur
Alice


Messages :
4
avatar
Moi aussi <3
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I heard a croaw. But t'was a frenchman.   



Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

I heard a croaw. But t'was a frenchman.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» AMBER HEARD ♆ hell is empty, all the devils are here
» [F] ▲ AMBER HEARD - better than revenge
» (F) AMBER HEARD - La Confrérie
» Somalia Coast Guards - Knaan Speaks Truth unlikely to be heard on CNN
» Je blablate, tu blablates, il blablate ... (39eme edition)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of madness :: Through the looking glass :: Et toi, t'es qui? :: Présentations en cours :: Présentations terminées-